Bnat Lalla Mennana, 4 femmes marocaines cloîtrées à Chefchaouen

Six femmes jouant à merveille avec l’accent de Chefchaouen

Le premier épisode de la série Bnat Lalla Mennana, diffusée sur la chaîne marocaine 2M durant le mois du Ramadan, commence bien tristement. Lalla Mennana vient annoncer à ses quatre filles et à la domestique que le père de famille vient de décéder. Elle ne veut ni cri, ni pleure mais que toutes se mettent aux tâches ménagères afin de pouvoir accueillir les personnes venant présenter leurs condoléances. Autoritaire, ainsi apparaît cette femme au visage si fermé tandis que ses filles ne sont qu’au début de leur enfermement.

La source est espagnole
Il y a d’abord eu une adaptation théâtrale marocaine de l’œuvre de Frederico Garcia Lorca intitulée « La Maison de Bernada Alba », une adaptation qui a fortement plu et qui a été jouée au delà des frontières du royaume du Maroc. Puis, il y a eu cette adaptation pour la télévision dans un format d’une vingtaine de minutes afin de raconter cette histoire avec les mêmes actrices qu’au théâtre. Bernarda est reprise par Lalla Mennana. Quant aux Magdalena, Amelia, Adela, Angustias, Martirio, elles sont jouées par Rhimo, Bahia, Maria et Chama. Dans la version marocaine, il y a quatre filles et non cinq, toutes très souvent soutenues par Saidia ou Poncia dans la version espagnole.

Au Pays de Jbala
Au cœur de la ville de Chefchaouen, au nord du Maroc, là où les habitations arborent bleu et blanc, vit une famille endeuillée d’un père. Dans cette grande maison, restent une épouse et ses quatre filles dont l’une qui est issue d’un premier mariage et dont le père habite en Espagne. Sans oublier cette femme aussi bien aux tâches ménagères qu’une oreille attentive. La mort vient bouleverser le quotidien mais aussi la décision de la mère de tenir ses enfants chez elle en leur interdisant de sortir. Ce stop imposé à toutes est l’essentiel du film puisque chacune va vouloir plus de liberté, de modernité.

Envie de liberté !
Maria est la celle des filles à être susceptible de sortir de ce geôle puisque demandée en mariage par la mère de Imad, un des voisins. Mais ce dernier vit une amourette avec la benjamine Chama. Lorsque celle-ci apprend la nouvelle, elle jure alors de ne pas laisser ce mariage se faire. Bahia et Rhimo sont spectatrices de cela, connaissant les sentiments des uns et des autres et surtout souhaitant elles-même pouvoir sortir de cette prison que représente cette maison. Bahia est prête à prouver que ce fameux Imad joue aussi bien avec Chama que Maria. D’ailleurs, par son père espagnol, Maria possède des papiers espagnols qui pourraient bien attirer Imad d’après Bahia ! De son côté, Chama veut se révolter.

Les actrices Samia Akariou, Saadia Ladib, Saadia Azggoune, Hind Essaâdi, Nadia El Alami et Nora Skali, que l’on retrouve dans Bnat Lalla Mennana, jouent délicieusement bien avec leurs proverbes, leurs improvisations et surtout cet accent de la région de Chefchaouen. Elégantes dans la comédie comme dans la vie de tous les jours, elles mettent au goût du dialecte marocain « La Maison de Bernada Alba » et en font surtout une réussite !

About these ads

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s