13/02/2012 – Quatrième meeting : L’Elysée et les petits candidats à la Présidentielle (Partie 4/7)

PS puis UMP, UMP et encore UMP… Eternel recommencement. Ainsi pourrait être résumée la vie politique depuis l’instauration de la Vème République. N’y a-t-il donc aucune alternative à cette passation de relais ? Le Centre ? Ou alors une présence religieuse à la tête de la République ? Et la laïcité dans tout ça ? La France est un pays où le multipartisme est présent en pratique. La pratique est toujours mieux que le côté théorique, pourtant dans la réalisation de la pratique, le multipartisme ne prend pas le pouvoir ! Connaissiez-vous par exemple les candidats suivants ?

Patrick Giovannoni (contacté par téléphone)


Enfant de banlieue, de Seine Saint Denis, Patrick Giovannoni est un ancien pilote de chasse. Dans sa jeunesse, il rêve de changer le monde mais avec les années il se rend compte que personne ne peut changer le système. Se rendant à l’évidence, il rentre dans ce qu’il appelle « le droit chemin » et Dieu s’y trouve justement. Cette rencontre lui fait dire que certes il ne peut changer le système, mais il peut changer de système en partant sur des bases saines. Avec la foi et sur les fondements des valeurs chrétiennes, il redéfinit la politique comme l’art du mieux vivre ensemble, sans grands mots, pour éviter les maux en s’occupant de l’être humain. Pour changer les choses techniquement il faut d’abord le faire humainement. Les hommes doivent avoir des repères. Aujourd’hui, on parle de valeurs républicaines mais qu’est ce que cela veut donc dire ? Et la tolérance également ? « La tolérance doit être la conséquence de l’amour et non le fait de devoir supporter l’autre. Les choses doivent se faire naturellement. En changeant les gens, on peut faire disparaître certains problèmes politiques.» Ses valeurs sont la gouvernance par l’exemple. Les comportements de DSK et consort ne lui correspondent pas. Il faut être un modèle pour la communauté que l’on veut gouverner. « Il est déjà difficile et humiliant d’être trompé, alors que cela se sache publiquement n’est pas agréable. » Stop aux hommes politiques à femmes. En tout cas, ils ne doivent pas être mis en avant. « Comment élever nos enfants avec des principes, sans être qualifiés de parents réactionnaires ? » Il faut aussi une économie de la confiance retrouvée. Il faut une société de l’assistance et non de l’assistanat. Sur un point de vue international, il faut stopper l’aide à l’international car elle aide finalement les Occidentaux. On pille l’Afrique et ses richesses géologiques. L’Occident se sert du sol africain. « Le supermarché est toujours ouvert mais il y a des caisses à la sortie ! » Quant aux parrainages, ils sont difficiles à obtenir en raison de ce manque d’anonymat. « On a le maire non partisan mais qui ne veut pas prendre d’étiquette. Celui qui choisit très tôt. Certains condamnent aussi le christianisme pour ne pas avoir de religion au pouvoir. » Concernant les mesures qu’il voudrait mettre en place, « il est difficile de parler de mesures parce que c’est parler dans le vide. D’abord, il faut être élu et revenir aux fondements des problèmes. Il faut que les cœurs soient transformés pour que les comportements changent. De cela découlera le reste. Ensemble changeons les cœurs pour changer la nation. » Le matin, au réveil, pas de plan sur 2012 mais simplement le fait de penser au bien et de ne pas faire de mal.

Brigitte Goldberg

Cette candidate est membre de Avenir-2012 et présidente de Trans-Europe. Elle est transsexuelle et défend deux idées. La première est économique et concerne la croissance en France puisque pour la relancer il faudrait exporter. La seconde aborde la consommation intérieure, sur le territoire français en termes de pouvoir d’achat, de fiscalité, de suppression des niches fiscales. Pour les citoyens, il faut revoir le calcul de l’impôt sur le revenu et en ce qui concerne l’aide aux entrepreneurs, elle doit permettre aux entreprises d’innover, de relancer aussi la croissance par l’exportation. Délocaliser ne joue pas en faveur de la France. Le chômage, à son point le plus fort, doit être combattu par un système d’insertion pour les demandeurs d’emploi. Le financement national public se devra d’être équitable de région en région pour diminuer les inégalités entre les différents départements. Les zones sensibles doivent être mises en priorité pour y assurer sécurité et développement. Les agriculteurs représentent la France et ne sont jamais sûrs de leurs recettes. Il faut alors instaurer un circuit de ventes de produits agricoles plus court sans autant d’intermédiaires pour qu’ils n’aient pas à perdre sur leurs marges. Le trou de la sécurité sociale doit être pris en compte mais pas en sacrifiant la qualité des soins. Dans le même domaine, lutter contre la désertification médicale est primordiale. Dans la sphère environnementale, le nucléaire et l’éolien peuvent cohabiter. Ainsi Brigitte Goldberg balaie l’ensemble de la planète politique française, transsexuelle ou pas !

Jean-Marc Governatori

Ce cinquante-huitard, fondateur de « la France en action » et issu de l’agence écologiste indépendante, veut mettre la défense des droits de l’Homme, de l’enfance, de la vieillesse en première ligne. Le parcours de cet homme politique est varié. En effet, Jean-Marc Governatori est le premier franchisé de la marque Fly, meilleur gestionnaire de France dans les années 90 et semble avoir un palmarès qui joue en sa faveur. Il possède l’expérience de la gestion des entreprises pour en avoir été à la tête. Il est aussi l’homme aux quarante marques déposées, particulièrement des noms de partis politiques. Un temps du côté de l’UDF, il crée finalement « la France en action » au début des années 2000. L’un des objectifs est d’aller bien au-delà de cette opposition Gauche-Droite tandis que l’écologie se doit d’être portée par toutes les couleurs politiques. Néanmoins, son parcours a été émaillé de condamnations pour dépôts frauduleux de marques, liens avec des sectes. Ces procès n’ont pas toujours été gagnés. Concernant cette Présidentielle, il est l’un des concurrents d’Europe Ecologie les Verts. Lutter pour l’environnement ne doit pas être soumis au clivage qui peut exister entre la Droite et la Gauche. L’écologie étant importante pour le futur, les jeunes sont aussi de ceux qui suivent Jean-Marc Governatori et qui ne veulent pas voir argent et différentes idéologies être liés à l’écologie. L’écologie est un réel programme puisqu’il la décline sur différents plans : fiscal, environnemental, éducatif, économique et social, démocratique, sanitaire, financier et international. Il faudrait même mettre l’homme sur un même plan que Brigitte Bardot concernant son investissement pour la défense des animaux.

Stéphane Guyot

Si Sarkozy parle de la France qui se lève tôt, Stéphane Guyot se revendique de cette France là mais surtout de celle qui ne gagne pas beaucoup d’argent pour autant. Son combat a pour point culminant le vote blanc, celui que l’on considère comme nul lorsque les urnes sont dépouillées. Si cette solution est choisie, elle représente bien une opinion, un choix : la contestation.  D’un point de vue constitutionnel, elle ne reste pourtant qu’un vote nul. Les électeurs, qui font ce choix, ont fait le déplacement lorsque d’autres s’abstiennent depuis chez eux. Le devoir civique est donc réalisé mais non reconnu, voilà ce que scande Stéphane Guyot. Pourquoi voter blanc ? Pour exprimer le désaccord mais aussi parce que personne ne semble représenter au mieux les convictions politiques, les attentes. Le candidat du vote blanc compte donc s’intéresser à ces personnes-là. « Ceux contre le système » doivent continuer à aller aux urnes même pour un vote blanc, pour montrer leur désaccord. Encore un autre pas vers la démocratie, tout comme une mutation de la société française depuis l’intérieur sont les points à atteindre avec cette reconnaissance de ce vote particulièrement. Autour de la candidature de Stéphane Guyot, il n’y a pas de programme précis, ni de grandes mesures mais juste un sujet important, celui du vote blanc qui vient exprimer tous les refus citoyens. Parce qu’il y aura toujours de l’abstention, cette question risque bien de prendre de l’ampleur. Les sociétés, bien au-delà de la France, prouvent que les citoyens ont droit de parole et qu’il faut donc les écouter.

Un jour, nous entendrons peut être « que Dieu bénisse la France » après le discours du président… Un jour peut être ! Après tout le pays est de culture et d’histoire chrétienne.

Une réflexion sur “13/02/2012 – Quatrième meeting : L’Elysée et les petits candidats à la Présidentielle (Partie 4/7)

  1. Ping : Le blog est en campagne pour la Présidentielle, quatrième meeting « à l'Encre de ma Plume…

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s