16/07/2012 – A la San Fermin sortent taureaux et danger !

Chaque année, quand arrive le mois de juillet, le même spectacle se répète. La foule gonfle dans la ville de Pampelune lorsque sonne le début des fêtes de la San Fermin. Des milliers de personnes viennent voir le magique mis en place mêlant profane et religieux mais aussi et surtout défier les taureaux lâchés dans les rues en participant aux encierros.

Ces hommes mais aussi ces femmes vêtus de blanc sont tous là, à brandir des foulards rouges qui se retrouvent par la suite autour des cous. Au milieu des cris de joies, d’averses de vin rouge, ainsi est l’ambiance quand les festivités taurines débutent dans le nord de l’Espagne. Elles ont vu le jour il y a très longtemps, au cours du Moyen Age, afin de célébrer le jour de la Saint Fermin, Saint Patron non pas uniquement de la ville mais de toute la Navarre dont Pampelune est justement la capitale. Dans un premier temps, c’est durant le mois d’octobre que la fête était organisée avant de voir le début du mois de juillet lui être consacré.

Alors, aujourd’hui en 2012, c’est encore et toujours une multitude, à n’en plus finir, de fêtards qui campe Pampelune. L’évènement ferait d’ailleurs partie du top trois des festivités qui accueilleraient le plus de personnes au monde. Que doivent-en dire les habitants de la ville eux-mêmes ? Satisfaits de voir tant de remue-ménage ou y participent-ils ? Participent-ils à ces courses qui ont lieu chaque matin, l’espace de quelques jours ? Six taureaux de combats sont lâchés et les coureurs courageux ou inconscients de s’être lancés doivent éviter les cornes sur 850 mètres. Le point d’arrivée étant les arènes de la ville.

Les participants expliquent avoir le cœur qui bat très vite, une montée d’adrénaline et ressentir l’envie de se lancer. Certains viennent de Bilbao et même d’au delà des frontières du pays. En 2011, les coureurs avaient été 20.500. Des siècles auparavant, des hommes du même type étaient présents mais étaient… des bouchers. Ces derniers ont dû se blesser à de nombreuses reprises, en tout cas c’est la situation de ces coureurs des temps modernes qui sortent de ces courses avec de grosses blessures lorsque ce n’est pas la mort. Cela fût le cas pour un Espagnol de 27 ans il y a trois ans.

Après prières et coups de pétards sonnant le début de la course, des femmes prennent aussi part à l’événement. Depuis ces dernières années, elles sont de plus en plus nombreuses à venir se mesurer aux taureaux. Selon des sources officielles, sur les 20 500 personnes ayant été présentes en 2011, 6% étaient des femmes. Dans la tradition, elles ne courraient pas mais rien ne les en empêche. Certaines des participantes racontent d’ailleurs leurs aventures sur un blog qu’elles ont appelé « les filles qui courent avec les taureaux » (http://girlsrunwithbulls.com). Un moyen de les suivre elle-même ! Malgré le danger…

Une réflexion sur “16/07/2012 – A la San Fermin sortent taureaux et danger !

  1. Ping : 16/07/2012 – A la San Fermin sortent taureaux et danger ! | à l'Encre de ma Plume…

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s