21/03/2011 – Les kamikazes japonais, héros du monde !

« Personne très téméraire, qui se sacrifie pour une cause. » [Dictionnaire Larousse] – Kamikaze

Des installations endommagées. De la fumée. Des canons à eau ainsi que des largages aériens, dont on s’est demandé le degré de précision. Ainsi ont été les images diffusées par les médias jusqu’à présent. A un certain moment, ces mêmes médias ont aussi relayé un chiffre. Rond, pair. Son double donne la centaine : 50. Après le tremblement de terre et le Tsunami dont les chiffres évoluent jour après jour, il serait donc une cinquantaine à mener une course contre le temps. 50 à lutter contre les réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima. Il y aurait 50 liquidateurs contre des machines. Ce n’est pas un scénario Hollywoodien même si ce cinéma là doit déjà y réfléchir. Réfléchir à un long-métrage, comme cet ouvrage sur les mineurs chiliens  paru quelques mois après leurs sorties de sous terre. Aurons-nous droit à la même chose ? Peut être.

Sauver une ville. Une région. Un pays. Le monde.  Sauver des êtres humains. Au détriment de… leurs propres vies. Comme ces hommes qui étaient intervenus sur la centrale de Tchernobyl, ils mourront ou seront gangrenés par des maladies. Ils sont tous des sacrifiés. Des courageux conscients des risques et des radiations.  Des braves qui suscitent l’émotion.  Héroïsme ? Travailler dans le nucléaire, sur le terrain, implique d’être au contact du danger. Des « clauses » du contrat. Le devoir. Et ces hommes sont comme vous, comme nous. Ils ont des familles. Ils ont des enfants certainement, des épouses. C’est alors choisir entre eux et la nation japonaise. Ce n’est toujours pas un scénario Hollywoodien mais la réalité.

Alors une pensée traverse les esprits. L’homme a installé le nucléaire, modifié la nature. Celle-ci, des années après, en reprenant ce qui lui revient, ramène l’homme à la réalité. La nature n’est pas sienne. Tandis que les anti-nucléaires veulent commencer par en finir avec cette ère. Mais peut-on revenir si facilement en arrière ? 50 hommes (seulement ?) tentent de rattraper l’erreur humaine alors ? Ce qui est fait est fait. Les centrales sont bien là. Les conséquences néfastes également aussi bien pour ces travailleurs que leurs futures descendances. Fukushima marquera l’Histoire de génération en génération. Marquera le pays, son décor, ses habitants qui tentent de se mettre à l’abri s’ils le peuvent. Sur le front reste des kamikazes. Pas des méchants, qui tuent aveuglement ! Mais des gentils qui veulent sauver des hommes.

Finalement héroïque est le courage de ces liquidateurs, allant au delà de 50 aujourd’hui. Kamikaze est leur mission. Qu’aurions-nous fait à leur place ?

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s