24/10/2011 – De naissance en décès, de décès en renaissance

Dans la vie de l’Homme, il y a des moments forts par lesquels passer est obligatoire. Exister dans ce monde, respirer, parler, faire preuve de fierté, de peur sont des actions universelles dont chacun ne jouit pourtant pas de la même manière. En effet, on nomme les libres, les enfermés, les emmurés dans le silence, les apeurés, les enchaînés. On disait l’Homme comme étant un loup pour lui-même et au cours de cette année 2011, tout particulièrement de cette semaine du 20 octobre, il l’aura encore prouvé. Il a réussi à faire naître des individus, à en faire-renaitre comme des phénix ainsi qu’à en tuer en nombre.

1027 prisonniers contre un
Ce n’est pas un échange de balles, de roquettes, d’attentats puis d’incursions. Il n’y a pas eu d’habituels jets de pierres sur cette terre convoitée par deux peuples. A Gaza comme en Cisjordanie, un sentiment de soulagement est partagé par Gazaouis et Cisjordaniens. Les femmes, derrière un niqab ou avec les cheveux couverts, attendent chacune leur prisonnier libéré : un frère, un mari, un fils, un père. Israël, par sa décision de vider quelque peu ses gêoles pour sauver un soldat, s’engage dans un processus qualifié d’historique. A Rafah, l’euphorie dans les bus des prisonniers se fait sentir et se prolonge dans les V de la victoire que les anciens détenus dessinent de leurs doigts. Accueillis par les responsables palestiniens en véritables héros, ils sont du Hamas mais aussi du Fatah. Justement, ces membres du Fatah ne sont pas tous de la Bande de Gaza mais retourner en Cisjordanie leur est interdit. Ils ne peuvent revenir dans leur faction d’origine, pour des questions de sécurité. Beaucoup moins d’euphorie en Cisjordanie à la réception des prisonniers car il ne faut pas oublier, le Hamas est à l’origine de cet accord. Mahmoud Abbas était lui beaucoup plus protocolaire et n’a pas ouvertement déclaré que non il n’avait pas participé à cet accord. Le Hamas est seul victorieux, montrant qu’il se démarque du Fatah. Le Hamas est donc un interlocuteur avec qui on peut négocier !

Il faut sauver le soldat Shalit
A Tel Aviv, la presse israélienne met le jeune tankiste en une. Enlevé il y a cinq ans par les Brigades d’Izz ad-Din al-Qassam, Guilad Shalit revoit la terre israélienne à l’âge de vingt cinq ans. Emotion pour les personnes qui ont soutenu les parents de Gilad parce qu’enfin libre. Pour lui, il faut d’abord faire face à une rapide médiatisation avec une interview de la télévision égyptienne. Les Israéliens n’ont pas réussi à retrouver le soldat durant sa captivité tandis qu’ils réussissaient pourtant à bombarder la petite superficie de la bande de Gaza en 2006. Ygal Palmor, porte-parole du gouvernement israélien explique cela en disant  : « Nous n’avons pas pu le localiser par une opération militaire, l’important est d’avoir pu lui rendre la liberté ». Aujourd’hui des voix s’élèvent pourtant pour contester cet échange car de nouveaux attentats pourraient avoir lieu étant donné la dangerosité de certains libérés. De plus, d’autres soldats pourraient être enlevés afin de pouvoir à nouveau réaliser un échange, le soldat étant devenu une bonne monnaie d’échange avec un taux important. Au milieu de cette question israélo-palestinien, que nul grand chef d’état au monde ne peut régler, un constat s’impose, Israéliens et Palestiniens peuvent alors s’entendre lorsque chaque camp trouve son compte. Obama n’avait pas tort à la tribune des Nations Unies en disant que seuls Israéliens et Palestiniens pouvaient se mettre d’accord. Cultivons alors l’espoir d’une paix pour deux peuples qui ont tant de similitudes. Si les Palestiniens se sont habitués à leur quotidien, les Israéliens, eux, peuvent encore faire mentir ceux et celles qui pensent que rien ne pourra modifier leur position. Au nom du drame qu’ils ont dans leur passé et qui a tué des millions de personnes…

Elle est née la divine enfant
Les médias en avaient parlé au fur et à mesure que le ventre de la première dame de France s’arrondissait. Un intérêt atteignant un tel point qu’on ne pouvait que se demander pourquoi tant d’engouement pour une maternité banale, une grossesse que d’autres femmes devaient connaître au même moment. L’anonymat fait toute la différence et surtout le fait d’avoir un papa président de la République, qui a, depuis le début de son mandat, complètement bouleversé les habitudes en divorçant, se remariant et devenant père pour la énième fois. De cet enfant, nous ne devrions rien savoir puisque la mère elle-même ne compte pas l’exposer. Une décision responsable et raisonnable pour que celle dont le prénom est Giulia puisse grandir comme tous les autres enfants. Après mai 2012 et la probable défaite de Sarkozy, la petite fille pourra mener une vie normale ! Pas si sûr que cet heureux événement puisse booster le président englué dans un chaos financier européen colossal. Quant au Front National, sa présidente a réussi à caser son intolérance : il aurait mieux valu choisir un prénom français. Marine par exemple ?

Kadhafi, fait comme un rat
L’ancien dictateur est mort, par balle. Qui aurait pu croire en cette fin il y a huit mois lorsque les mercenaires, les soldats de Kadhafi pillonnaient les villes ? Personne. Parce que la rébellion était mal organisée et n’était pas armée. Pourtant les kilomètres sont tombés les uns à la suite des autres dans les mains des insurgés. Benghazi, Tripoli, Misrata et en dernier lieu Syrte, ville natale de celui qui a mené la Libye durant 42 ans. Autant d’années d’en-avant vers le modernisme, de soutien occidental et puis de désillusion pour finalement arriver à une destruction du régime kadhafiste. Il appelait une partie de son peuple les rats et finalement c’est lui-même qui a dû se réfugier dans ce qu’on pourrait qualifier d’un abri de rats. Les images de sa capture sont bien difficiles à regarder en raison du lynchage du guide, de sa vulnérabilité, bien loin de ses amazones, de ses mercenaires ou autres membres de son armée. Il n’y aura pas de jugement de la part d’un tribunal pour lui, l’un des révolutionnaires se sera fait justice lui-même, par une balle dans la tête. Triste fin pour un dictateur déchu mais aussi pour le Conseil National de Transition Libyen qui a laissé sa dépouille être visitée afin de pouvoir avoir des « photographies souvenirs ». Morbide souvenir en réalité, qui entâche le CNT. D’ailleurs, ce même CNT en a décidé autrement pour le futur de la Libye, bien loin du livre vert de Kadhafi. La charia est d’ores et déjà considérée comme étant la base de la prochaine constitution. Embarras des occidentaux, qui ont participé à la libération de la Libye, puisque polygamie et divorce semblent être remis au goût du jour. La mort d’un tyran, la naissance d’un état avec des fondations qui n’existaient pas auparavant, ils peuvent déjà se réjouir de cela, le reste…reste entre les mains des Libyens. Ne transformons pas la Libye en colonie !

Peuple tunisien aux urnes
A présent ils sont loin des 99,9% et de toutes ces années Ben Ali au cours desquelles se taire et acquiescer les résultats des présidentielles et la victoire du RCD étaient les seules choses possibles. Aujourd’hui, les Tunisiens revivent et surtout renaissent parce que ce droit, ils sont allés le chercher bien avant tous les pays arabes engagés dans des révolutions arabes. Ce droit, ils le doivent aussi à Mohammed Bouazizi, dont la révolte, l’exaspération et le sacrifice de sa vie auront mené les troupes. Le résultat du scrutin est observé avec beaucoup d’intérêt parce que pour une fois toutes les voix seront écoutées et surtout parce qu’il en va de l’avenir du pays. Une autre dictature en Tunisie ? Non le peuple est bien trop fort pour cela, la rue est sienne ! Le parti Ennahda est vu favorable mais les Tunisiens n’iront pas laissé leurs libertés être bafouées si une certaine radicalité est véhiculée par cette formation politique. Le peuple du jasmin renait.

De naissance en décès et en renaissance, les apparitions et disparitions suscitent de l’espoir. L’espoir d’un avenir meilleur, d’une vie paisible et de changement. Le renouveau ne peut être que beau, à chacun de le cultiver, de le protéger.

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s