27/02/2012 – Sixième meeting : Encore quelques noms de présidentiables (partie 6/7)

C’est aussi bien à Droite, qu’au Centre, qu’à Gauche que les candidatures se déclarent, partageant les idées et les préoccupations de tous les Français. Citoyens lambda à la base, ils s’engagent car ils ne se retrouvent pas dans la politique des « grands », voient les promesses envolées une fois au pouvoir et veulent donc contribuer à des changements. Comme dans une Coupe de France de football, les exploits auront-ils lieu ? Le mystère reste…

Yves Bontaz Retraité, Yves Bontaz a dans ses bagages des expériences lui permettant d’être d’un point de vue économique très renseigné. Ex-PDG d’une structure possédant plus de 1000 ouvriers, notamment à l’étranger avec des implantations en République Tchèque, en Chine, il est aussi acteur puisque l’on peut le voir dans le film « Ma Mondialisation », une production autour de questions économiques. Sa vision y est différente de celle des hommes qui font la politique de la France. Dans la littérature économique, il met aussi son grain de sel avec ses deux livres parus fin décembre 2011. L’économie est une question au cœur de toutes les préoccupations actuelles puisque la faillite « est proche » et que la résoudre en ferait découler de nombreuses choses.

Christophe GuenaEncore étudiant, il est le président mais aussi le fondateur de la Société Nouvelle. Son engagement se fait dés lors qu’il prend conscience que l’égalité des chances n’est qu’une utopie. D’un père ouvrier, d’une mère aide-ménagère, ce littéraire dit rêver de l’Assemblée Nationale, d’un poste de député, de participer aux débats qui font la nation. A l’approche de ses 18 ans, il se rend compte de la force du Front National. Jeremy Rifkin et ses ouvrages lui font prendre conscience des différents maux de la société. Les machines viennent prendre de plus en plus la place des Hommes. Mondialisation, immigration ou Union européenne arrivent au second plan. A la recherche d’un parti qui pourrait lui correspondre, de tendance centriste de préférence, il va finalement vers l’indépendance en mettant en place Société Nouvelle. Son jeune âge ne lui fait pas peur et il sait construire certainement pour le futur.

 

Fréderic Pradelle

Une pointe d’humour, une pincée de dérision, des caractéristiques qui viendraient presque rappeler Coluche. Frederic Pradelle, habitant d’Hauteville-Lomnes, part en campagne pour la Présidentielle. Déjà président de l’association Rock Agricole investie dans le festival Bouztock, il veut être le trouble fait, celui qui viendra pointer du doigt les choses anormales. Egalement éducateur dans un institut médico-éducatif pour enfants, Ze Fred, pour le nommer par son nom de saltimbanque et surtout pseudo par lequel il a signé sa profession de foi, trouve ce monde bien compliqué. Un peu comme tout le monde en l’occurrence.

 

Nicolas Stoquer (contacté par mail)

« Pourquoi je me suis engagé politiquement ? Excellente question ! Je me le demande tous les matins en me regardant dans le miroir. Il y a une formule qui dit de la trajectoire des saints : « Si ce n’est moi qui m’y colle, qui le fera à ma place ? ». Plus sérieusement, Nicolas Stoquer répond à la question de sa présence à cette élection comme étant la candidature souverainiste, gaulliste sans être dans les rangs de Marie Le Pen. Son exemple ? Un certain Général de Gaulle avec tout son pragmatisme, sa morale, sa laïcité, son libéralisme et surtout l’œil qu’il avait sur les activités étatiques. Aujourd’hui, pour Nicolas Stoquer, entre ce qu’on appelle le combiné UMP- PS soit l’UMPS et les autres partis, il n’y pas de représentant, de candidat qui pourrait réunir l’ensemble de la droite. Il veut du traditionnel et déplore l’oligarchie que représente la France l’empêchant d’aller vers le renouveau de ces représentants, des partis. Ce sont souvent les mêmes choses qui sont dites, simplement de manière différente à chaque reprise. « Le Parti Socialiste nous a présenté l’épouse en 2007 et maintenant l’ex-époux, le Front National, la fille en 2012 après le père depuis 1974 ». Nicolas Stoquer est lui le représentant de ce qu’il appelle le « renouvellement des représentants politiques de notre cher et vieux pays ». Le pays pourrait briller dans le monde si des personnes dignes de gouverner venaient faire convenablement leur travail. Cette candidature est donc celle d’un héritier gaulliste qui ne veut pas uniquement de l’UMPS et des partis qui lui sont ennemis comme le Front National. « Etant donné que Nicolas Dupont Aignan avait refusé la filiation souverainiste, je me devais d’être candidat en tant que président du Rassemblement du Peuple Français. » Sa candidature n’est pas celle d’un homme qui voit le patrimoine français en péril mais principalement une candidature de relais car l’action politique se doit d’être collective et la petite ronde des égos ne mène nulle part. En 2012, certains parlent d’une élection à l’image de 2002 avec une Marine Le Pen au second tour face à François Hollande. « Si cela devait se passer ainsi, le gaullisme s’éloignerait alors. »  Par ailleurs, il aimerait l’émergence d’une nouvelle sorte d’élus aux élections législatives qui suivront et plus loin en 2014 pour les Municipales et les Territoriales. « La France a besoin de changer d’élite politique, cela mettra du temps mais nous y arriverons. Etre présent à l’élection présidentielle en 2012 quand on est chef de parti n’en devient alors que plus nécessaire. »  Cependant pour être présent au premier tour de la Présidentielle, il faut d’abord obtenir des parrainages. «  Il y a des pressions. Les élus locaux s’autocensurent aujourd’hui, ils craignent, du fait de la publication des soutiens, que plus tard leurs électeurs leurs demandent des comptes. » De plus, Nicolas Stoquer n’a pas accès aux médias aussi facilement qu’un François Hollande. « Si vous n’êtes pas un habitué de la média sphère, vos chances s’en trouvent réduites. » Ainsi est le constat de celui qui représenterait un homme politique refusant la réforme territoriale, la disparition programmée des petites communes. « Je combats des valeurs et ma première valeur est…le combat, avec liberté et indépendance. Il faut savoir servir l’Homme avec l’indépendance nationale, la liberté économique, la démocratie directe et la liberté d’expression. » La France ne possède pas de pétrole, alors d’un point de vue économique il faut la laisser aller à ses idées. « Le volontarisme politique concernant la ré-industriation, l’esprit d’entreprendre aussi bien individuellement que collectivement doivent être liés. » Laïcité, famille sont des valeurs fortes. Il faut aussi que le peuple soit homogène dans toute sa diversité. « Concernant les représentants, ils doivent être sanctionnés en cas de manquement. La justice doit être indépendante, l’exécutif fort pour sept ans au pouvoir. » Du côté de l’éducation, un retour aux métiers manuels en remettant le maitre au centre du système scolaire est important. « Il ne faut pas oublier de développer les pôles universitaires et d’accroître la recherche ». Au-delà des frontières, en terme de politique extérieur, il veut l’indépendance nationale face aux structures supranationales, les marchés compris. « Etre indépendant, c’est faire en toute circonstance la politique de la France dans l’intérêt des Français. Faire une Europe qui servira les intérêts de la France, respectueuse des peuples. Derrière son slogan « Pour la France, tout simplement ! », à quoi pense-t-il le matin se regardant dans le miroir ? «  Sarkozy ne parlait pas de miroir mais du fait de se raser le matin, ce que l’on peut faire éventuellement devant un miroir, je vous le concède. Les femmes et leur miroir… Bref, qu’est ce que je pourrais bien demander à mon miroir, mon beau miroir ? Qui est la plus belle ? C’est ainsi que débuta la guerre de Troie avec le rapt d’Hélène par Parîs, cette guerre qui sépara irrémédiablement peut être Orient et Occident. Un interlocuteur me disait dernièrement qu’en politique nous nous devions de mettre l’amour de la Patrie devant toute chose, devant la femme que l’on aime donc. Ce n’est pas mon point de vue. Donc le matin, devant mon miroir, d’abord comme tous les matins, je pense à elle et ensuite je fais mon devoir, bien évidemment ! »

Claude Weber

Précédemment, Claude Weber était cadre dans l’agro-alimentaire. Il est aujourd’hui le président fondateur de l’Union Elargie des Seniors. Senior ne veut pas dire vieux puisque l’UES se revendique comme étant jeune, innovante tout en allant à la rencontre des préoccupations des seniors. Sorte de représentant de cette catégorie de la société française qui n’est pas forcément une cible prioritaire pour les autres partis, selon Claude Weber, l’union veut faire en sorte que ces aînés puissent éviter les situations financières difficiles. Retraités ou non, encore salariés ou non, les seniors doivent pouvoir montrer qu’ils ont autant d’importance que les autres tranches d’âge et pas seulement durant les périodes d’élections lorsque l’on saute sur l’insécurité par exemple et les retraites afin de les séduire. Les promesses ne durent qu’un temps. Claude Weber veut aussi bien agir en leurs noms que les voir prendre en main leur situation. Ni à Droite, ni à Gauche, ni au Centre, en somme nulle part sur l’échiquier politique, le candidat prend exemple sur de nombreux partis à travers l’Europe qui ont des programmes exclusivement consacrés au troisième âge. Une recette qui pourrait marcher ?

Arnaud Gouillon

Natif du pays dauphinois, Arnaud Gouillon fait partie des benjamins, dans la course au premier tour des Présidentielles, avec l’étiquette du Bloc Identitaire. Son engagement politique, il le doit à ses années lycée lorsqu’il se rend compte « que le fait ethnique s’impose souvent par la violence ». Luttant aussi contre les risques industriels notamment des usines chimiques mais aussi contre les délocalisations, il est aussi investi sur la question des enfants serbes du Kosovo-Métochie, à travers l’association « Solidarité Kosovo » qu’il a créée car témoin indirect des « pogroms anti-Serbes ». Cette implication lui donne une grande motivation. Il la doit tout particulièrement « au regard déterminé des enfants et des parents qui n’abandonnent pas leurs terres malgré les actes terroristes qu’ils subissent ». Il est donc très engagé dans Bloc Identitaire. D’ailleurs le parti se définit comme une jeunesse « ni dorée, ni droguée ». Il s’attaque à l’Islam car là où cette religion serait, les non-musulmans ne peuvent que se soumettre. Il faut résister à cela et pourquoi pas même atteindre la notoriété de la Ligue du Nord en Italie qui est un parti politique avec des municipalités qu’il dirige, des députés qu’il a à l’Assemblée Nationale mais aussi des ministres au gouvernement. L’aide massive grâce aux microprojets et aux microcrédits ainsi que son leitmotiv « identité, démocratie, localisme » constituent son duo de campagne. D’un point de vue identitaire, Arnaud Gouillon veut mettre en avant l’Europe, les provinces françaises mais aussi revoir le Code de la Nationalité afin de venir séparer citoyenneté et nationalité. Du côté de la démocratie, les collectivités locales doivent pourvoir prendre les décisions importantes. Il s’agit donc d’une démocratie locale mais aussi participative puisque des référendums viendraient solliciter le peuple. Les sociétés qui produisent près du lieu de consommation et qui embauchent des salariés qui vivent à proximité des lieux, se verraient payer moins de charges. Celles dans lesquelles l’Etat possède des parts ne pourront pas délocaliser à l’étranger. Arnaud Gouillon est un peu le candidat du traditionalisme et de l’air web 2.0. Il dit vouloir redonner espoir aux Français pour que les générations à venir soient assurées d’une très bonne existence.

La politique n’a pas d’âge !

3 réflexions sur “27/02/2012 – Sixième meeting : Encore quelques noms de présidentiables (partie 6/7)

  1. Ping : Nous avons aimé | Nicolas STOQUER

  2. Ping : Le blog est en campagne pour la Présidentielle, septième meeting « à l'Encre de ma Plume…

  3. Ping : Le blog est en campagne pour la Présidentielle, sixième meeting « à l'Encre de ma Plume…

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s