30/01/2012 – Deuxième meeting : Les petits candidats à la Présidentielle, aux trousses de Sarkozy (Partie 2/7)

  

Qui représentera la France à travers le monde ?

 

Le plus important dans cette Présidentielle et surtout dans la participation au premier tour est la collecte des parrainages des maires. Cette démarche vient prouver leurs soutiens. Néanmoins, certains maires donnent leurs signatures sans pour autant vouloir apporter concrètement… un soutien. Il s’agit simplement de donner son parrainage au premier arrivé finalement ! Ce qui peut venir « réchauffer les cœurs » est le fait que même les poids lourds, Marine Le Pen par exemple, ont bien du mal à obtenir tous ces fameux tickets gagnants, d’après ce que les partis racontent dans la presse. La faute à qui, à quoi ? A la procédure constitutionnelle qui implique que chaque maire voit son parrainage publié au Journal Officiel. Ainsi, si ce parrainage va à l’encontre du parti d’appartenance du maire alors ce dernier peut se voir menacer de perdre des subventions, d’avoir des conséquences néfastes. Pour l’instant, les candidats continuent leurs combats de petits mais pourtant vaillants acteurs au casting !

 

Gérard Borgia

Ce candidat fait partie de la population à la retraite. Même en étant un « petit candidat », il n’est pas seul puisqu’il a monté son propre parti se nommant « Ensemble Pour la France », une consonance qui se veut de rassembler, comme le veut tout candidat qui se respecte. D’ailleurs, à l’image de ces autres candidats, il vise le changement en tant qu’homme qui vient de la France d’en bas et non en tant que Français privilégié. Ses inspirations politiciennes ont, un temps, été à Droite puis à Gauche. La déception, très certainement, l’aura fait passer d’un camp à l’autre entre Trente Glorieuses et quête du profit. Le pays est dans un mauvais état selon lui et ceux qui portent leurs candidatures ne comprennent pas la situation de ceux qui la vivent, de Messieurs et Mesdames Tout Le Monde. L’abstention au cours d’élections en est bien la preuve. Ils ne se reconnaissent dans rien donc préfèrent ne pas glisser de bulletin dans l’urne. Le changement ne doit pas se faire dans la vie des Français mais dans la vie politique avec un renouveau des hommes politiques et la fin de ce continuel ping-pong de Droite-Gauche. De son programme, certaines mesures apparaissent, comme la suppression du bouclier fiscal en plus de l’Impôt sur la Fortune. Un débat qui a déjà fait l’objet de longues discussions sous l’ère Nicolas Sarkozy. Il est aussi de ceux qui fustigent l’euro et sa faiblesse, face à d’autres monnaies qui sont beaucoup plus compétitives. Des mesures qui ressemblent à celles de l’UMP mais avec beaucoup moins de notoriété. Et pour retrouver les emplois en France, une taxation des produits importés s’impose.

 
Jacques Borie (contacté par mail)

Pour le trouver, il faut aller au plus à Gauche de la Gauche, là où l’on parle de radicalisme. Jacques Borie est membre du Parti Radical de Gauche de 1998 à 2006. Il quitte l’organisation, non pour des raisons idéologiques mais en raison de l’organisation interne. « Je voulais aussi porter à ma façon la voix radicale que le parti ne portait plus, car totalement féodalisé au Parti Socialiste. » Luttant pour la défense des droits avec Amnesty International, il a aussi été un barrage face à l’Extrême Droite dans les Hauts-de-Seine durant un certain temps puisque présent dans des organisations avec ce but pour objectif. Restaurateur de métier, il est président d’une  association venant en aide au secteur. Les élections ? Il connaît pour s’être présenté aux cantonales mais aussi pour avoir manqué la Présidentielle de 2007, par manque de signatures de maires. Ses valeurs pour son programme sont l’humanisme, la morale politique et la laïcité. D’élections en élections, il remet ça en 2009 dans la circonscription Nord Ouest, en tant que tête de liste sous les couleurs d’Europe Démocratie Espéranto, avec les élections européennes. Il ne faut pas non plus oublier sa seconde place sur la liste Collectif des Démocrates Handicapés et Europe – Liberté  aux élections sénatoriales dans la circonscription des Français de l’étranger. Même les élections municipales ont été un précédent terrain pour lui. En 2012, au nom d’Europe – Liberté, il se retrouve à chercher ses parrainages pour la Présidentielle avec 90 promesses à l’heure actuelle et est un candidat dont l’expérience électorale est prouvée. Son slogan réside dans « Retrouver la confiance en l’avenir » et un autre candidat est venu se joindre à lui, laissant ainsi sa propre participation à la Présidentielle de côté, en la personne de Robert Baud. Enfin, le matin en se regardant dans le miroir, il ne pense certainement pas à être président mais à sa journée de travail puisque dans la restauration, la politique n’est pas sa profession.

 

Patrick Bourson
Le problème des parrainages est un fardeau qui en touche plus d’un. Ce candidat, Patrick Bourson, en est aussi victime. 1995 est un premier coup d’essai raté car le manque de signatures le prive de premier tour. Lorsqu’il se présente aux législatives en 2007 sous l’étiquette du Front National, il propose d’aider les Resto du Cœur en voulant leur donner ses indemnités en cas de victoire. Justement, du FN qu’il représente, il se sépare dés lors que Marine Le Pen ne correspond plus à ses idées. Lui, est peut-être trop ancien et elle, veut de la nouveauté. Ce départ lui fait créer un parti, le sien, soit « Ensemble Redressons la France » avec toujours ce rassemblement politicien. Son parti est sa base pour cette Présidentielle de 2012. S’il accédait au pouvoir, il s’attaquerait à la santé financière du pays par un audit général des finances publiques de l’Etat. Les dépenses pour les ministères, avec ou sans cet audit, seraient, de toute façon, abaissées voire divisées par deux. Les élus se devront de ne pas profiter de l’argent du contribuable et de ne pas dépenser à outrance. Sur la place sociale, il irait voir du côté de la fonction publique, aussi bien nationale qu’internationale afin d’analyser effectifs, missions…en somme comme pour l’aspect financier, mettre en place un audit. Dans cette fonction publique, les plus hauts salaires viendraient être limités à 10 000 euros. D’un point de vue politique, il souhaite une réelle évolution avec l’instauration de la VIème République pour un renforcement de la démocratie, la République actuelle étant essoufflée. L’appareil législatif irait changer considérablement avec, d’une part, l’abolition du Sénat et d’autre part, une Assemblée Nationale qui verrait son nombre de députés presque divisé par deux. Si la Sécurité Sociale est connue pour son trou béant, c’est une remise à plat complète que veut Patrick Bourson, sans parler des allocations familiales, de la retraite… Les impôts seraient prélevés directement à la source. La vie des chèques barrés prendrait fin puisqu’il ne sera plus possible de proposer cette alternative en attendant de verser du liquide. Quant à la nationalité française, elle devra être obtenue au civique avec un service de quatre à six mois à réaliser. Sur le plan de la sécurité routière, les sanctions pour tout manquement au code de la route seront plus sévères, en raison de la suppression du permis à point. Sans transition, les prostituées iraient travailler dans des maisons closes plutôt que des trottoirs. Le banditisme, lui, se verrait régler grâce à une présence plus importante des forces de l’ordre. Les sans-papiers seraient expressément renvoyés dans leurs pays et ceux qui les hébergent ou les font travailler, punis !

 

Renaud Camus

Président du Parti de l’Innocence, ce candidat à la Présidentielle précise que son parti est différent des autres organisations politiques que la France peut connaître. Les raisons ? L’innocence et la non-nuisance sur lesquelles il se base, également présentes chez d’autres mais beaucoup moins centrales. Cela lui permet de venir combattre tout ce qui est nuisible à la société, s’armant de civisme, de civilité, du respect pour autrui et de sa liberté de parole, de civilisation, « d’urbanité ». Ecologie, vie quotidienne, politique… sont des points importants comme la position de l’Homme et sa relation avec l’espace dans lequel il vit. La culture ainsi que la civilisation sont au centre de ses débats. A 64 ans, Renaud Camus est ancien pensionnaire de l’Académie de France à Rome. Pas étonnant alors que la civilisation et la culture aient autant d’importance. Justement, il veut les défendre car à l’heure actuelle, l’héritage et le transfert de ses valeurs, de générations en générations, sont menacés. Alors la lutte à l’école est en marche afin de rendre au système scolaire français une organisation solide, sans abandon de postes par les professeurs dépassés, sans abandon d’élèves qui ne sont pas dans de bonnes conditions de travail ou qui par eux-mêmes se désintéressent de l’enseignement et surtout sans abandon de ces parents qui ne se préoccupent pas des études de leurs enfants. La langue française se doit aussi d’être défendue. Renaud Camus parle de « nocence », de banlieue générale qui viendrait recouvrir toute la France. Il évoque aussi le « remplacement du peuple par un ou par plusieurs autres peuples » comme menace de la culture française. Idées front-nationalistes ? Quant à sa définition de « nocence », elle mélange violence, incivilités, rivalité communautaire, absence de l’Etat, tout ça avec un manque d’espace. Justement, il n’y a pas assez de tranquillité au sein de l’espace public. Ce que le Parti de l’Innocence refuse ? « Nocence », surpopulation, immigration, déculturation, domination idéologique, un peu tout en somme.

Du plus à Gauche, au plus à Droite en passant par la Droite tout simplement, ces quatre candidats veulent donc faire partie de ce premier tour. Y arriveront-ils vraiment ? Quoiqu’il arrive, ce qui ne paie pas immédiatement est certainement une pierre apportée à l’édifice pour le futur.

4 réflexions sur “30/01/2012 – Deuxième meeting : Les petits candidats à la Présidentielle, aux trousses de Sarkozy (Partie 2/7)

  1. Bonjour,

    Merci pour ce petit article sur Jacques Borie.

    Cependant, petite remarque, Jacques n’est pas « radical » dans le sens extreme gauche, le Parti Radical de Gauche (PRG) est un parti de centre gauche, proche du PS, le « radicalisme » est le plus vieu courrant politique français, il y a le PRG mais aussi le Parti Radical (ou Parti Radical Valoisien) (de droite) qui est actuellement diriger par Jean Louis Borloo, ancien ministre de sarkozy…

    Bien a vous

    Jérémy

  2. Ping : Le blog est en campagne pour la Présidentielle, deuxième meeting « à l'Encre de ma Plume…

  3. Ping : Le blog est en campagne pour la Présidentielle, deuxième meeting « à l'Encre de ma Plume…

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s