En Egypte, le meurtre se loge dans les gradins du football

Images violentes, révoltantes, saisissantes ! Mercredi 1er février, il fallait se tourner vers l’Egypte pour tenter de comprendre le pourquoi du comment des violences meurtrières, après un match de football. Suite à la rencontre entre Al-Masry et Al-Ahly, des spectateurs et supporters du club local, soit Al Masry, envahissent le terrain et veulent en découdre. Ils partent à la chasse des joueurs mais aussi du staff technique de l’équipe adverse. Les pourchassés, pour certains, réussissent à se réfugier dans les vestiaires, d’autres doivent subir les coups. Un affrontement entre supporters respectifs a aussi lieu. Le bilan de ce drame est très lourd puisque 74 personnes perdent la vie, selon les sources officielles. Le monde du football est marqué par cet événement qui est l’un des plus meurtriers de l’histoire du ballon rond. Bien évidemment des questions restent en suspens. Où se trouvaient donc les forces de l’ordre, celles qui habituellement doivent veiller au calme, au respect et surtout à la non-violence dans les stades ? Pourquoi avoir laissé tout cela se faire sans intervenir ? L’Egypte est de ces pays tout juste sortis des changements de gouvernement ainsi il est légitime de se demander si cela n’est pas un coup monté mais par qui ? Les pro-Moubarak ? L’armée elle même afin de prouver qu’elle se doit de rester au pouvoir tandis que les Frères Musulmans et la société égyptienne réclament son départ ? Lorsque la politique se mêle au football, le sens du jeu n’est plus le même !

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s