A la Daphnis et Chloé



Que faire durant l’été lorsque l’on est adolescent, lorsque l’on a 16 ans ? Pour Elodie et son frère, tout se passe à la MJC, un lieu de toutes les rencontres…

« La MJC se trouvait au sein de la ville où nous allions à l’école. » Elodie et son frère participent à une journée d’initiation à la photographie qui leur permet de faire la rencontre d’un randonneur retraité très dynamique. « Nous avons sympathisé avec lui et d’ailleurs il nous a proposé de venir randonner avec son club. » C’est leur mère qui les dépose au point de rendez-vous dés le dimanche suivant. « La journée était géniale. Il y avait beaucoup de retraités et nous avons beaucoup ri. Enfin, nous les faisions beaucoup rire ! » De retour,  ils arrivent à convaincre leurs parents de s’essayer à la randonnée, un dimanche où leur père ne serait pas de garde. « J’avais le sentiment qu’il travaillait tout le temps. Il avait seulement deux jours de libre par mois lorsqu’il réussissait à se mettre d’accord avec l’autre généraliste du coin. Alors, qu’il puisse nous accompagner était une super nouvelle ! » Au sein du club, il n’y a aucun des patients de son père étant donné que douze kilomètres séparent le village d’Elodie et la ville où se trouve le groupe de randonneurs. « Ils n’avaient donc pas la mentalité de notre village. Mes parents découvraient donc autre chose et étaient ravis qu’on se soit finalement inscrit tous les quatre afin d’être présents régulièrement. » Ils font donc une à deux randonnées par mois en famille, dans la bonne humeur. « La journée se terminait au restaurant du coin ou alors chez l’un des membres du club. » C’est de cette manière qu’ils font la connaissance de Dominique ou Domi et Françoise.

Un couple à l’histoire très proche de Daphnis et Chloé selon Elodie. « Ils avaient été élevés ensemble et étaient frère et sœur. » Mathilde, la maman de Françoise le trouve un jour et le ramène à la maison au milieu de cinq enfants qu’elle a eu naturellement. « Ils l’ont adopté. » Mathilde est une de ces femmes-forces de la nature, une paysanne pur jus comme l’imagerie populaire les décrit. Elle est toute petite, possède des traits forts et est toujours habillée d’une robe noire. Le tout surmonté d’un chapeau de paille qui recouvre une coupe au carré faite maison. « Elle vivait à la dure, sans chauffage et elle passait son temps aux tâches pour la maison : s’occuper du jardin… Elle était simplement impressionnante d’après ce que Domi et Françoise rapportent à Elodie. D’ailleurs le fait qu’elle ait vécu jusqu’à 103 ans le prouve bien. » Ainsi, ils vont vivre avec ce lien fraternel. Puis un jour, c’est le jeune homme qui va faire le premier pas et la jeune fille va d’abord le rejeter sous le choc. Quant au reste de la fratrie, elle le prend très mal également. « A leurs yeux, c’était comme une trahison même si Domi avait le cœur sur la main et était d’une grande gentillesse. » Il ne peut pas cacher ses sentiments mais il comprend ces réactions. Alors il s’éloigne, il prend de la distance en allant faire son service militaire. C’est Françoise qui vient sermonner tout le monde parce qu’elle comprend son fils adoptif et ressent de la tristesse pour lui.

Finalement les arguments de Françoise font mouche et l’histoire d’amour débute alors. « Grâce à la bénédiction de tout la famille, ils ont donc réussi à se marier formant un couple remarquable. » Des années et des années plus tard, tous deux sont présents pour les 18 ans d’Elodie au cours duquel ils arrivent avec un bouquet de roses. Après cette rencontre en club de randonnée, Elodie garde longtemps contact, témoin d’un Dominique aux petits soins pour Françoise jusqu’à son dernier souffle. « C’était un amour immense entre eux. Ils n’ont pas eu d’enfant à cause d’un problème de stérilité. » Néanmoins, ils savent gâter ceux des autres. Leur histoire, dit Elodie, finit tristement car Dominique voit sa chère et tendre partir suite à un cancer. « La maladie avait été mal soignée car dans le coin où on était il n’y avait pas les structures suffisantes et aller dans une grande ville n’était pas le truc de Françoise ! » Cette dernière ne veut pas quitter son beau pays et pense que ce qui doit arriver arrivera bien. Tous deux sont Chrétiens et ils se retrouveront au paradis… avec Mathilde !

Une réflexion sur “A la Daphnis et Chloé

  1. Ping : Acte I – Scène 9 pour “Plume d’Amour” « à l'Encre de ma Plume…

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s