Aimer… d’amitié…

L’amour ne prévient pas lorsqu’il vient frapper à la porte du cœur. Souvent il entre même par surprise. Alors il est susceptible d’apparaître à 77 ans tout comme à 7 ans ! A l’adolescence, les histoires laissent les sentiments se découvrir et surtout des souvenirs que l’on aime raconter comme le fait Claudia, adulte aujourd’hui…

Claudia, Florence et Fanny
L’année où elle arrive au lycée, en Seconde, Claudia se retrouve dans ce qui pourrait s’appeler une mauvaise classe, au sein d’un établissement qui ne compte que trois sections de Seconde. « Ma classe était la plus hétéroclite par rapport aux niveaux scolaires. Et selon le même mécanisme qui fait qu’on prête plus facilement aux riches qu’aux pauvres, le proviseur nous avait assigné les professeurs les moins réputés. » L’un d’eux est un professeur de Français, un certain Pascal Buoe dont c’est d’ailleurs la toute première affectation. Sa façon d’enseigner est formidable. En tête, il a de nombreuses méthodes afin de faire progresser ses élèves. « Grâce à lui, j’ai découvert Phèdre, le Grand-Bleu et Balavoine dont il avait fait un enregistrement pirate au cours d’un concert. Il nous avait fait écouter la bande. » Au sein du lycée, il n’y a pas de cantine alors tous les jours, le déjeuner se fait au réfectoire du collège pour Claudia et Florence, son amie de l’époque avec qui elle passe le plus clair de son temps à l’école, au téléphone… Toutes les deux vont faire la connaissance d’une élève de Troisième, une collégienne qui a le même professeur de Français. « Elle avait complétement craqué pour ce prof. » Tandis que le parfum des vacances se fait de plus en plus sentir, les épreuves du Baccalauréat approchent à grands pas. Les classes se dépeuplent et les heures de cours se transforment en heures de garderie. « Aussi bien le lycée que le collège se vidaient de plus en plus. » Pascal  Buoe termine lui sa première et dernière année dans le lycée. Sa nouvelle affectation reçue, il doit débuter ailleurs en septembre. Ces ultimes heures de cours sont très intéressantes et les deux lycéennes en parlent beaucoup à la collégienne qui les supplie de la faire assister à un de ses cours. En réalité, elle en est dingue amoureuse !

Je ne t’aime pas mais…
Elles parviennent à la faire participer à leur classe. Le professeur prend des risques car s"il y a le moindre problème avec l’élève, il pourrait avoir un blâme de la part de l’Education Nationale. « Je me souviens que pendant cette heure avec lui, on a étudié Cortège de Prévert. » En sortant, sur le chemin du retour à la maison, Fanny a un geste des plus culottés, elle glisse un mot sur le pare-brise de la BX de Pascal Buoe. Dessus, quelques lignes. « Un amour impossible avec une fille de 3ème ». Claudia et Florence stressent pour leur amie. Tout est voué à l’échec. Ayant compris de qui provient le message, Pascal Buoe préfère discuter avec Fanny. « Il a été la voir et l’a invitée à faire une partie de babyfoot au café du coin. Là, il a pris du temps afin de lui expliquer pourquoi est ce que leur histoire n’était pas du tout envisageable. » Différence d’âge, statut et surtout le fait qu’il n’éprouve pas d’amour à son égard sont ses raisons. « Je ne sais pas précisément comment il lui a dit tout ça mais je suis sûre qu’il a réussi à trouver les bons mots. Même si elle a pleuré de cette sorte de défaite, elle a su rebondir. » En effet, après cette discussion, il la raccompagne chez elle. Tout l’été, il reste dans la région et accepte de jouer à des parties de babyfoot lorsqu’elle l’invite. « Ils correspondent aussi durant très longtemps. Cinq ans plus tard, j’ai eu une agréable surprise ! » A la faculté, Claudia sympathise avec le frère de Pascal Buoe…sans le savoir. Lorsqu’elle apprend son nom de famille, elle lui parle directement de Pascal avec un ton attendri. « Il a réussi à retrouver la photo de classe de Seconde ! » Puis, tous les deux discutent de Fanny. Les chemins de cette dernière et de Pascal sont restés très liés. Il s’avère que l’ancien professeur de Français est devenu le parrain des enfants de l’ancienne élève de Troisième ! « Il y avait vraiment quelque chose entre eux. De l’amour mais pas cet amour des couples, un  amour fraternel qui dure et durera sans aucun doute jusqu’à la mort. »

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s