Un amour franco-marocain

Il y a des choses absurdes en ce monde, c’est de dire qu’un blanc doit être avec une blanche, qu’un noir doit se marier avec une noire, que les Chinois doivent finir leurs vies ensemble. Cette façon de considérer l’amour était, existait, faisait partie des us, des coutumes…à une certaine époque. Depuis, cette ère est révolue pourtant Régis y est encore quelque peu plongé.

La remise en question
Régis est cariste et a la cinquante. Ses origines familiales sont catholiques. D’ailleurs chez lui, on considère souvent que l’un des enfants doit forcément appartenir au clergé. Son éducation se fait dans les missels, ce qui pourtant ne l’empêche pas d’être fourbe et roublard ! Son père qui est alcoolique et qui bat sa femme y est peut être pour beaucoup. A l’âge adulte, il prend pour épouse une femme. Elle se laisse aller, est quelque peu négligée. Tous deux ont un enfant, un fils. Il n’est pas comme tous les autres garçons puisqu’il a de gros problèmes de vue, un retard intellectuel mais son avenir sera bon. Régis n’est pas des plus tendres avec celle qui partage sa vie et la situation se détériore très vite. La maison dans laquelle ils vivent se dégrade. Leur relation devient très tendue et sans douceur. Ils divorcent et elle obtient la garde de leur fils. Il prend un coup sur la tête, commence à réfléchir sur son comportement et à comprendre qu’il s’est mal conduit. Elle ne reviendra pas mais ils réussiront à se reparler dans le calme pour décider du meilleur pour leur fils.

En un clic, le cœur claque
Il y a 5 ans, il est de ces gens qui se sentent seuls, sans personne dans sa vie sentimentale. Alors il commence à cliquer, à visiter des sites de rencontres, à chercher quelqu’un à aimer. Un profil l’interpelle, celui d’une jeune marocaine même très jeune étant donné sa cinquantaine. Elle a 19 ans. Entre eux le courant passe plutôt bien. Alors il veut la voir en vrai, en chair et en os, face à lui. Son billet pour le Maroc pris, son séjour sur place le conforte dans l’idée que cette femme est faite pour lui. Il en est amoureux et décide de demander sa main. Leur vie de couple va se vivre en France, dans le village de Régis. Tous ses projets sont partagés avec sa famille qui connaissant le caractère de l’homme, est inquiète pour cette jeune femme. La première personne a douté sur cette histoire est sa mère. Elle sait la population de son village très fermée et hostile aux étrangers. Elle craint pour cette Marocaine musulmane qui sera sans emploi, loin de sa famille. Alors la mère tente de convaincre le fils au nom de cette jeune fille qui va être perdue. Cependant Régis ne veut pas faire les mêmes erreurs que par le passé, il fera attention à son épouse et la rendra heureuse. Par la suite, il enchaîne les voyages vers le Maroc jusqu’à son mariage. Quelques mois plus tard, elle vient s’installer en France tandis qu’enfin toutes les questions administratives sont réglées. Pour elle, il rend leur domicile plus accueillant. Pour lui, la Marocaine est douce mais vive et sait se faire respecter. Elle n’est pas perdue dans ce village puisque le sens de l’initiative est sien tout comme le fait de prendre soin d’elle-même. Tous deux sortent en couple, ce qui permet à la jeune femme d’apprendre le français, de discuter. Avec elle, jamais Régis ne franchit les limites car son épouse sait mettre les limites à ne pas dépasser afin de se faire respecter. Bientôt elle tombe enceinte d’une petite fille, un véritable amour.

La famille tourne le dos
Tout aurait pu être totalement rêve et facilité. Pourtant, dans cette jolie histoire d’amour se cache des zones d’orage. En effet aussi bien la mère que les frères et les sœurs de Régis lui tournent le dos. Ils refusent de rencontrer ces nouvelles venues dans leur famille. Ils ne veulent aucunement en entendre parler. Malgré tout, la petite fille fait son chemin, grandit, rentre à l’école maternelle. Sa maman s’inscrit à un cursus diplômant et est heureuse de son choix. A présent, la langue de Molière est son quotidien tout comme la religion musulmane. Sa pratique ne gêne pas Régis. D’ailleurs, ce dernier prend l’habitude de voir sa belle-mère leur rendre visite à la maison. Et lorsque l’occasion se présente, il n’hésite pas à s’envoler avec elle pour le Maroc. De sa première vie, il reste son fils, Ronan, qui en devenant lui même père se rend compte de ce que représente la paternité. Il envoie une photo depuis son téléphone à l’intention de son propre père. Celui-ci lui répond aussitôt en le félicitant. Ils s’échangent alors quelques mots jusqu’au jour où un dimanche, Ronan, accompagné de sa petite famille vient sonner à la porte de Régis. Ils se tombent dans les bras permettant alors à la relation père-fils d’être totalement rétablie. Toutes les rancœurs laissées derrière n’ont pas fait le poids face à la force des sentiments. Peut être alors qu’un jour le reste de la famille, cette partie qui a préféré tourner le dos reviendra.

Un amour entre deux personnes nait parfois sans que personne ne puisse y croire car rien ne semble correspondre au départ. Qui pourrait parier dés le début sur une vie réussie depuis seulement un site de rencontre sur Internet. Venir de deux pays différents, ne pas avoir la même culture, ne pas partager la même religion… L’histoire de Régis est celle de notre époque car elle va au delà de toutes ces différences.

Une réflexion sur “Un amour franco-marocain

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s