Un jour, tout se sait forcément

L’amour a beau être mis à mal par des histoires dont les péripéties sont difficiles, l’amour existe pourtant. Les récits sont alors dignes de romans mais qui ont vraiment existé.

Quand Nathalie raconte…
Nathalie et son amie Linda font la connaissance de Yann lorsque tous les trois sont en classe de 4ème. « Nous avions pris le grec comme langue morte et nous n’étions que quatre à avoir fait ce choix. Honnêtement, cette langue n’était pas populaire, tout autant que Yann. » La ville compte un collège et un lycée et forcément beaucoup d’enfants ont aussi fait le primaire ensemble. Alors, certains sont liés. Il y a ceux connus pour être sportifs et ceux considérés comme les plus beaux garçons de la ville. Pour sa part, Yann est malingre, avec les yeux toujours un peu collés étant donné qu’il a des allergies fréquentes. « Il baissait la tête quand il marchait et se tenait légèrement voûté. Il avait la démarche d’un échassier. Son surnom était « Caillounet » parce que c’était un enfant seul et chaque année, au moment de la fête foraine, il jouait pour gagner une caille et avoir une amie. » Et malheureusement, il n’a pas beaucoup de chance puisque ses cailles finissent par mourir ou par s’enfuir.

Trois amis
La sympathie de Nathalie et son amie pour Yann est immédiate et le garçon tombe amoureux de Linda. « Linda avait les cheveux blonds et les yeux bleus. Elle était un peu faite à la Emilie Jolie. » Les parents de Yann tiennent une petite papeterie, très sombre et un peu vieillotte, où ils vivent tous avec sa grand-mère. Les deux jeunes filles apparaissent comme très gentilles aux yeux de sa mamie notamment parce que le petit-fils n’a jamais eu de copines. « Elle posait beaucoup de questions sur nos parents, sur ce qu’on voulait faire plus tard… Nous étions à chaque fois très bien reçues. » Malgré les sourires qu’elles reçoivent, elles se sentent physiquement mal à l’aise dans cette papeterie. La grand-mère de Yann est très digne et a des faux airs de Poupette dans la Boum. « Sa mère était plutôt quelconque avec un accent parisien et d’épaisses lunettes rondes. Celui qui était son père se faisait appeler « tonton » par Yann. » Dans tout ça, les deux adolescents savent Yann malheureux. Il ne réussit à s’évader que lorsqu’il se met à construire des modèles réduits et quand il se place derrière son piano.

Chercher la vérité
Arrivés en classe de 2nde, les effectifs ne sont plus les mêmes. « Un jour, Linda et moi étions en cours de mathématiques. D’un coup, la porte de la salle s’est ouverte et le proviseur est rentré. Il nous a demandé de l’accompagner dans son bureau. » Entre cette salle et le bureau, le directeur ne dit pas un mot. Les deux filles découvrent alors la mère de Yann en larmes, deux policiers et celui que Yann considère comme son oncle. Aux visages très graves, tous sont présents car le garçon a laissé une lettre à ses parents en expliquant vouloir retrouver son père à Bordeaux. « Il était parti avec un couteau de cuisine et sans argent. Nous, on se savait rien du tout. D’ailleurs, il n’avait jamais parlé de ce vrai père. » Après cette entrevue, elles retournent en classe en promettant de les tenir au courant si Caillounet rentre en contact avec elles. Elles se rappellent du mur des toilettes où tous les trois ont l’habitude de se laisser des messages. Là, elles trouvent une lettre écrite par leur ami. Il y explique avoir découvert l’identité de son père. « Nous n’avons rien dit de cette lettre. C’était peut être par loyauté mais aussi parce que ça n’apportait rien de nouveau finalement. » Pendant deux jours, il n’y a aucune nouvelle, jusqu’à ce qu’enfin il réapparaisse. Il ne revient au lycée qu’une semaine plus tard avec une histoire folle à raconter. « Il a su que sa mère était en réalité orpheline et qu’elle avait été adoptée par cette femme qui était devenue sa grand-mère. Sa mère était tombée amoureuse d’un garçon avec lequel elle a eu un enfant. Malheureusement, le père de l’enfant n’a pas voulu le reconnaître et la grand-mère a considéré sa fille adoptive comme une véritable honte en étant une maman si jeune. Le fameux tonton de Yann a accepté d’être et l’époux et le père de remplacement. »

Et après…
Yann redouble son année. Le Bac en poche, il intègre la faculté de Toulouse afin de faire des études de biologie. Puis, il réalise un tour du monde, duquel il revient transformé à tous les niveaux. Fini le garçon chétif et timide, il devient un homme ouvert, aux allures d’aventurier et aux yeux brillants. « Il a rencontré l’amour, celui d’une bretonne avec laquelle il a eu trois enfants. Aujourd’hui, ils ne vivent plus sur Toulouse et tout va bien dans leur vie. » Après le décès de sa grand-mère, qui est survenu pendant qu’il était encore à l’université, sa mère se sépare de son époux et met donc fin à la mascarade. Yann avait des sentiments pour sa grand-mère malgré tout et ne les a pas plus reniés que ceux pour sa mère. Mais il rompt légitimement avec ce père administratif. Il accorde une place dans son cœur à ses grands-parents et son père biologique. Tout ce silence autour de lui durant des années… par amour.

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s