Vendredi 16 novembre : Des nouvelles de GAZA grâce à Amir Hassan

Vendredi 16 novembre. Il est 20h40 à Gaza lorsque j’appelle Amir Hassan. Il y a plusieurs tonalités mais enfin il répond. Comment débuter notre conversation téléphonique ? A cette heure-ci la Bande de Gaza est dans l’obscurité. La nuit est tombée et l’électricité doit être coupée dans quelques heures, d’après Amir. Et dire qu’il y a quelques semaines à peine, lorsqu’Amir était en France, il disait avec le sourire que Saint Denis ressemblait à Gaza mais sans les bombardements ! D’ailleurs Amir est retourné à Gaza le 14 novembre dernier soit au commencement des opérations israéliennes. Alors au bout du fil, il me dit que tout est difficile. Les bombardements sont à chaque instant. Lui et sa famille ne peuvent rien faire excepté suivre la situation dans les médias. Les journalistes donnent les lieux des bombardements, le nombre des victimes. « Il y a trois frères d’une même famille morts en martyr. Il y a un bébé de 10 mois. » Les rues de Gaza sont désertes. La ville est devenue morte. Personne ne s’aventure dans les quartiers. Ces tués, ces martyrs comme dit Amir, sont attaqués chez eux. La Bande de Gaza est si petite, il y a tellement d’habitants, que même si Israël dit cibler ses frappes, il y a obligatoirement des victimes, des civils qui n’ont rien fait, qui n’ont rien demandé. « Forcément, si le bâtiment d’à côté est touché, nous sentirons la maison trembler, il y aura des éclats… » Ils l’ont déjà senti trembler plusieurs fois !

Personne ne s’attendait à cette attaque et donc ils n’ont pas pu faire de réserve de nourriture. Les magasins sont fermés et il faut pourtant se ravitailler. « Je dois sortir demain afin d’acheter du riz, du pain, de l’eau, des bougies, si cela est possible. C’est dangereux mais on ne peut pas faire autrement. Il y a aussi un journaliste de France Inter ici que j’aimerais bien rencontrer. Je vais essayer. » Benyamin Netanyahou a prévenu que la prochaine étape des opérations arriverait très vite. Amir me parle d’une incursion terrestre, de chars qui viendraient dans la Bande de Gaza. L’état hébreu a envoyé des sms sur les téléphones portables afin de demander aux gens de s’écarter des membres du Hamas. Amir a une certitude. Il sait qu’à un moment leur maison sera touchée. Il est en famille et vit à proximité de l’hôpital Shifa. « On entend les ambulances passées sans cesse. Lorsque je suis allé à l’hôpital avec mon père j’ai vu qu’il n’y avait pas assez de lits, de médicaments, de médecins. Il n’y a pas de moyen ! » C’est catastrophique. Le Ministre de la Santé a appelé les pays arabes à l’aide. La Tunisie et l’Egypte sont les pays qu’il me cite comme allant prochainement envoyer de l’aide. « En principe, ce samedi, les Egyptiens envoient un convoi de médicaments. » Ce vendredi, Amir a pu faire une chose : aller voir sa grand-mère qui habite en face de chez lui. Elle aussi attend, écoute les informations… Amir dit qu’ils sont habitués. Tandis que derrière lui, il y a un bruit. « Tu as entendu le bruit ? C’est un bombardement. » Malheureusement, ce sont les enfants qui ont du mal. Ils sont traumatisés. « Mon petit frère de six ans a eu peur et s’est blessé la main en tapant sur la table. Il a couru, apeuré. C’est dur de le réconforter. »

La nuit personne ne dort et même lorsqu’ils parviennent à fermer les yeux, c’est une explosion qui vient les réveiller, comme d’habitude. Et moi en tant que citoyenne d’un pays qui vit en paix, je me demande une seule chose, comment peut-on être habitué à ça ? Ce qui est sûr c’est que je continuerai à prendre des nouvelles d’Amir, des siens, de la situation réelle sur place. Amir m’avait écrit « Gaza l’Espoir » en dédicaçant un de ses livres. Alors je finis cet article par sa propre signature… « Gaza l’Espoir » !

Un grand MERCI à Amir HASSAN !

par SIHAM TOUIL

Publicités

4 réflexions sur “Vendredi 16 novembre : Des nouvelles de GAZA grâce à Amir Hassan

  1. Merci merci de redonner une image nette et precise de ce qui se passe la ba. La presse n’est plus ce qu’elle etait et les journalistes independants permettent de la faire revivre. Palestine j’espere un jour pouvoir te voir libre car depuis ma naissance je t’ai connu occupé et en etat de souffrance intense.

  2. GAZA

    GAZA la courageuse et GAZA la si belle
    GAZA l’insoumise et GAZA la rebelle
    GAZA opprimée, GAZA assassinée
    GAZA engloutie dans le sang, dans le noir
    Mais GAZA invaincue, mais GAZA obstinée
    Mais GAZA se redresse mais c’est GAZA l’Espoir
    Mais GAZA un beau jour sort enfin de la nuit
    GAZA renait, revit, retrouve la lumière
    Avec toi, GAZA, nous sommes tous solidaires
    Pour lutter pour la Paix, la Justice, la VIE

    Pays violenté, peuple dépossédé
    Assassiné sans cesse en toute impunité
    Liberté bâillonnée qui ne cesse de crier
    Espoir jamais vaincu pour qu’enfin voit le jour
    Sur terre un monde de Paix, de justice et d’Amour
    Tenez bon ô mes sœurs et frères Palestiniens
    Internationalement, vous avez le soutien
    Non-violent et puissant de nous tous solidaires
    Et oeuvrant avec vous pour la Paix sur la terre

    Irène Pergent
    Textes écrits dans le train pour Paris
    16 novembre 2012

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s