Mobilisation ! + de 200 jours de grève de la faim pour Samer Issawi, prisonnier palestinien !

timthumb

L’avant…

66291401e1e20095369b9f5cad8ac83a

L’après…

Samer Issawi, une identité qui ne vous dit certainement rien. Pourtant, ce prisonnier palestinien dans les prisons israéliennes mène un combat qui devrait être mis sous la lumière de tous les projecteurs ! Il fait la grève de la faim depuis plus de 200 jours. 200 jours, plus de la moitié d’une année. A 34 ans, il en parait bien plus…

Arrêté en 2002 puis libéré en décembre 2011 par les autorités israéliennes, suite à l’accord pour la libération de Gilad Shalit, Samer a été à nouveau arrêté en juillet 2012. Son tort ? Il serait de ne pas avoir respecté ses conditions de libération. Alors Samer proteste aujourd’hui contre sa détention et risque de mourir.

En effet, lorsque l’on évoque Samer, il est question de mort qui menace d’être imminente. Il a perdu la moitié de son poids, ses organes internes commencent à défaillir, il perd aussi sa vision, sa capacité de parler et vomit du sang.

Des mouvements de solidarité avec Samer se lèvent. Il faut préciser que d’autres prisonniers ne s’alimentent plus également. Aymane Charawneh, Jaafar Ezzeddine, Tariq Qaadane. D’autres encore ont décidé de cesser de s’alimenter durant une journée, en marque de soutien.

Ce samedi 23 février, des rassemblements auront lieu, notamment à Paris dés 12h, Place Edmond Michelet à Beaubourg. Tout comme à Lyon, à partir de 15h, à Hôtel de Ville-Opéra. A Rouen, le rassemblement débutera à 14h30. Du côté de Bordeaux, ce sera dés 15h, Place Saint Projet.

Jeudi 21 février, un tribunal israélien a condamné Samer Issawi à 8 mois de prison. Etant donné qu’il est en détention depuis le 7 juillet, sa libération devrait être effective le 6 mars. Mais rien n’est sûr. Un revirement de situation peut très bien avoir lieu tandis que Samer continue sa grève de la faim.

Cette grève de la faim est aussi un symbole fort pour mettre en exergue que toute ordonnance militaire israélienne peut arrêter n’importe qui et le mettre en détention administrative, sans savoir pourquoi. En attendant, le droit international existe mais l’état hébreu semble dispenser de devoir l’appliquer. Et les pays les plus influents de ce monde ne semblent pas vouloir l’obliger à le faire !

« Je continue la grève de la faim. La liberté ou la mort ». Voilà ce que disait Samer dans la dernière lettre qu’il a écrite.

Publicités

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s