Mon frère, mes soeurs… mon sang

http://www.mon-poeme.fr/citations-liens/

Je suis leur chair, ils sont mon sang
Par temps de bataille, je les défendrai sur le champ
Je courrai, je prendrai les devants
Je monterai au front, face contre le vent.

Je suis leur chair, ils sont mon sang
Parce que nous sommes issus du même rang
Parce que nous venons du même clan
Qu’importe si passe le temps.

Je suis leur chair, ils sont mon sang
De père audace, de mère courage, nous sommes les descendants
Dans nos veines coule l’histoire de nos ascendants
Débutant par « il était une fois d’antan… »

Je suis leur chair, ils sont mon sang
Côte à côte depuis bien plus de 20 ans
A présent adultes avec nos souvenirs d’enfants
Encore ensemble, seul Dieu peut dire jusqu’à quand !

Je suis leur chair, ils sont mon sang
Ils sont mon adrénaline quand le moral fiche le camp
Ma motivation s’il faut serrer les dents
Mon turbo pour aller de l’avant.

Je suis leur chair, ils sont mon sang
Certes la distance éloigne les gens
Mais les kilomètres n’effraient pas les sentiments
Qui deviennent bien plus forts qu’auparavant.

Je suis leur chair, ils sont mon sang
Car fils et filles de nos parents
Ils sont mon hier, mon aujourd’hui, mon demain évidemment
L’une de mes plus belles fiertés assurément !

Publicités

2 réflexions sur “Mon frère, mes soeurs… mon sang

  1. Ouh là ! mais je suis complètement abrutie moi ! je ne sais pas pourquoi je viens de tomber sur le titre et de capter qu’on ne parlait pas des parents mais des frères et soeurs ! Pardooooooon !!! je suis nulle ! je ne devais pas être réveillée ce matin ! Toujours pas de fierté, mais un Amour énorme et viscéral, complètement évident et naturel. Pas de jalousie (j’ai bien dû en éprouver toute petite mais je n’en ai pas le souvenir) et une inquiétude journalière de son bien-être, de sa santé et de son moral, mais pas trop de contact malgrétout car il est hors de question que mon amour lui pèse. Je crois que c’est un amour comme celui qu’en éprouvent les mères, mais je fais gaffe à ce qu’il ne le ressente pas car ça serait lourd vu qu’il ne se passe pas une seule journée sans que je ne pense à lui et forcément que je m’inquiète. On n’a pas du tout le même style de vie, les mêmes idées, mais ça n’a aucune espèce d’importance, et je lui donnerai sans problème le plus que je pourrai : c’est naturel et totalement évident.

  2. Pas de « fierté » pour ma part, peu de « doux » souvenirs, une histoire qui a ses bonnes et ses mauvaises conséquences, bien souvent le coeur qui se met à battre trop vite et comme des espèces de vertiges quand on doit se voir, mais, oui, ce même Amour.
    Cette recherche forcenée pour enfin leur faire plaisir, les rendre heureux; toujours déçue, mais inlassable à cause de cet Amour. Cet effort pour détruire la colère avant qu’elle ne les atteigne, ce désespoir que jamais notre relation ne soit comme celle qui est décrite, que jamais il n’y ait de tendresse, de possibilité de relâchement. Cette rage que ce soit si bête, qu’on semble condamnés à ne jamais « communier » : on éprouve réciproquement trop d’émotion pour ne pas se parer de froideur dans notre discours, et pour ne pas être excessivement distants dans le contact physique.
    Mais en même temps ce bonheur de savoir que cet Amour est là et de pouvoir lui faire confiance. La certitude, comme une foi, que même au plus dur moment, il sera là pour nous aider et les aider.

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s