Edito’ du 01/07/2013 – Gaza, une ville palestinienne qui vit au coeur de sa mère l’Egypte

Encore une fois pour le blog, Amir Hassan prête ses yeux et sa voix afin de faire un point sur la situation dans la Bande de Gaza. Entre les restrictions israéliennes et les bombardements de l’état hébreu, entre la fermeture du terminal de Rafah, des tunnels et les pénuries… Par téléphone, Amir aborde la vie des Gazaouis qui « fêtent » sept ans de blocus. « Qui aurait pensé, il y a sept ans, que nous en serions là aujourd’hui ? ».

Crise des carburants, crise de l’électricité…
« Tous les Palestiniens suivent la situation en Egypte avec beaucoup d’attention. Il y a des manifestations pro et anti-Morsi partout dans le pays. » Les Palestiniens vivant sur le sol égyptien ont préféré rentrer, ne sachant pas comment les choses tourneraient. « Certains ont aussi besoin de quitter la Palestine pour des projets. Il y a les étudiants, les personnes malades… qui doivent passer par le terminal de Rafah. Ils ne sont pas sûrs de pouvoir rejoindre Rafah côté égyptien puis Le Caire. Et surtout, il y a des Palestiniens qui sont bloqués dans le centre de rétention de l’aéroport du Caire. Il se trouve en sous-sol et c’est là qu’attendent les Palestiniens en arrivant par avion, à chaque fois jusqu’à ce que le car pour Rafah soit rempli. Ils veulent rentrer à Gaza tout simplement. » (source : http://www.alwatanvoice.com/arabic/news/2013/06/30/410053.html ). 

http://www.alwatanvoice.com/arabic/news/2013/06/30/410053.html - Sur le site : "Des Palestiniens bloqués dans l'aéroport du Caire lancent un appel urgent pour leur venir en aide"

Sur le site : « Des Palestiniens bloqués dans l’aéroport du Caire lancent un appel urgent pour leur venir en aide »

La crise égyptienne est partagée avec les Palestiniens qui sont encore un peu plus cantonnés dans cette Bande, condamnés à rester là, à ne pas bouger, à ne pas sortir. « La situation en Egypte est très préoccupante et a des impacts sur la vie à Gaza. Une crise du carburant a lieu et nous en souffrons ici car tout fonctionne avec le carburant ! » Les quantités livrées par Israël ne sont pas suffisantes et les tunnels sur la frontière égypto-palestinienne étant fermés, lorsqu’ils ne sont pas détruits, il n’y a pas d’acheminement. « Les queues aux pompes à essence en Egypte sont longues et nous en avons aussi dans la Bande de Gaza. Les taxis, les usagers avec leurs voitures tentent de s’approvisionner mais cela est très difficile. » Le manque de carburant affecte également le fonctionnement de la centrale électrique puisqu’elle ne tourne pas régulièrement et les coupures d’électricité sont fréquentes. Les gens pourraient utiliser leurs générateurs mais eux aussi fonctionnent au carburant.

La suite est ici

Publicités

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s