L’association TIMMY pour les mineurs isolés étrangers

Qu’est-ce qu’un mineur isolé étranger ? Selon france-terre-asile.org, en France, est mineur isolé étranger tout individu de moins de 18 ans, qui n’est pas français, et sans aucun représentant légal accompagnant. Pour parler de ce sujet, nous avons sollicité Chloé qui est bénévole au sein de l’association Timmy.

——–

Alencredemaplume.com : Pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs ?
Chloé
: Je suis bénévole à la TIMMY – soutien aux mineurs isolés étrangers depuis 2 ans. A côté je travaille dans l’audiovisuel. 

 

Alencredemaplume.com : L’objectif de cet article est de parler en détails de l’association TIMMY, quand a-t-elle été créée et dans quel but ?
Chloé : L’association TIMMY a été créée en 2015 entre autre par Esperance Minart (toujours aujourd’hui présidente de l’association). En aidant les exilés sur le campement de Stalingrad, il a été remarqué que des mineurs isolés étrangers avaient des problématiques très différentes que les adultes demandeurs d’asile. Les mineurs isolés étrangers font des démarches pour être pris en charge par l’aide sociale à l’enfance. C’est pour répondre à cette demande très spécifique qui n’était pas comblée que l’association a été créée. 

 

Alencredemaplume.com : Comment est organisée l’association ?
ChloéAu fur et à mesure des années, l’association s’est construite en pôles répondant aux différents besoins de ces jeunes. Il y a :

  • le pôle administratif qui récupère les documents d’identité et les fait légaliser. Il travaille avec les avocats, prépare les jeunes aux audiences ;
  • le pôle hébergement qui regroupe des citoyens qui accueillent chez eux des mineurs sur des durées qui varient ;
  • le pôle scolarité avec d’une part des cours de français/mathématiques/anglais et d’autre part un accompagnement pour chercher des patrons, des stages en travaillant sur les CV et lettres de motivation. On retrouve l’accompagnement au CIO (Centre d’Information et d’Orientation) pour les tests, trouver des établissements susceptibles d’accepter les jeunes ;
  • le pôle culturel qui organise des sorties tous les dimanches (musée, cinéma, activité sportive, concert, spectacle…) pour permettre aux jeunes de se connaître, de devenir amis. C’est une bonne solution pour oublier le quotidien un instant, de s’exprimer, de se défouler. En plus des sorties du dimanche, nous proposons aux jeunes de participer à des ateliers en petits groupes : cuisine, peinture, théâtre, musique, couture...

 

Alencredemaplume.com : Comment se déroule l’arrivée d’un mineur isolé étranger en France ?
Chloé : Un mineur isolé étranger doit aller dans le DEMIE (dispositif d’évaluation des mineurs isolés étrangers) du département où il arrive. A Paris, le DEMIE refuse les 3/4 des jeunes suite à une évaluation courte (dans la plupart du temps entre 15 minutes et 1h), sans traducteur pour les jeunes francophones et raconter sa vie et son exil dans une autre langue n’est pas facile. L’évaluation ne prend pas compte des aspects culturels. Les jeunes sont jugés trop matures, trop musclés, ce qui par exemple pour des garçons africains qui travaillent dans les champs ou autre depuis leur enfance est normal. Il n’y a pas non plus de prise en compte du parcours traumatique du jeune. On demande à un enfant de raconter des mois traumatiques avec des dates en quelques minutes. Les 3/4 de ces jeunes refusés peuvent alors faire un recours devant le juge pour enfant pour contester la décision afin d’être pris en charge par l’aide sociale à l’enfance si leur minorité est confirmée (65% des jeunes qu’on aide sont reconnus mineurs par le juge pour enfant). Ces jeunes refusés qui sont en recours n’ont malheureusement pas accès à la présomption de minorité, ils ne sont donc pas protégés pendant leur démarche. Ils n’ont pas non plus accès au dispositif majeur car ils ne le sont pas. Ils sont livrés à des mois d’errance. La Timmy intervient à ce moment-là, en aidant sur le juridique, l’hébergement et la scolarisation.

 

Alencredemaplume.com : Parlez-nous de vos projets, de vos actions…
ChloéEn 2018 A l’initiative du CCN2 de Bordeaux et du Théâtre de la Ville, 14 jeunes de la TIMMY accompagnés par des danseurs professionnels, ont fait partie du spectacle “Franchir la Nuit” présenté au Théâtre de Chaillot. Des jeunes ont réalisé une oeuvre contemporaine qui a lancé la Nuit Blanche 2019 avec l’artiste Michelangelo Pistoletto à la Villette grâce à la fondation Thanks For Nothing. En octobre 2019 des jeunes ont participé à un atelier musical avec le jazzman jamaïcain Douglas R. Ewart restitué à l’Espace Cardin.

Récemment, nous avons installé les jeunes avec 5 associations – MSF, Comede, Utopia 56, les Midis du Mie et la Timmy-soutiens aux mineurs isolés étrangers – au Square Jules Ferry derrière la place de la République. Nous en sommes arrivés là avec l’accord des jeunes car malgré toutes nos interventions dans des évènements, nos discussions avec les élus, les communiqués, les pétitions, les vidéos, les articles… rien ne bougeait depuis 5 ans. L’une des raisons est l’invisibilisation des jeunes hébergés par les associations. Avec ce campement nous souhaitons faire connaitre la situation des MIE à tous et mettre les départements devant la réalité du traitement des jeunes en recours en Ile-de-France. Nous demandons aux départements de respecter la convention des droits de l’enfant et de présumer mineurs tous les jeunes en recours avec une mise à l’abri adaptée (hôtel/foyer pour mineurs et démarches de scolarisation).

 

Alencredemaplume.com : Avez-vous des anecdotes avec des mineurs que vous avez accompagnés ou que vous accompagnez actuellement ?
Chloé : J’ai plein d’anecdotes ! Nos vacances de 10 jours avec 37 jeunes à Corvol dans le château du Club laïc de l’enfance juive l’été dernier était inoubliable. Nous avons fait des feux de camp, des soirées dance. Les garçons ont découvert la campagne française, l’accrobranche, le paddle, le canoé, les pédalos… Il y a eu ces parties de Mario Kart avec deux jeunes que j’hébergeais. Il y a beaucoup de joie lorsque des jeunes sont pris en charge C’est toujours ce mélange de joie pour eux et leur avenir et cette colère qu’ils aient été abandonnés des mois durant avant cette fameuse prise en charge. Il y a beaucoup de joie pendant nos sorties du dimanche ou les ateliers. Les jeunes sont toujours très souriants, ont une énergie et une envie de vivre qui est impressionnante ! Ils nous apprennent et apportent tellement ! C’est ce qui explique que je sois depuis plus de 2 ans quotidiennement à leur côté.

Alencredemaplume.com : Enfin, si nous souhaitons vous aider, comme procéder ?
ChloéPour nous aider, vous pouvez :

Nous avons besoin de bénévoles pour dispenser des cours de français, de mathématiques ou d’anglais. Nous continuons aussi à héberger les jeunes majeurs qui sont scolarisés donc nous sommes à la recherche d’hébergeurs. Toutes les propositions de sorties culturelles ou sportives sont aussi les bienvenues.

 

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s