07/03/2016 – Des selfies qui dénoncent les conditions de vie des réfugiés

07/03/2016 - Des seflies qui dénoncent les conditions de vie des réfugiés

On a coutume de voir des selfies à la pelle sur les réseaux sociaux. Pour le plaisir, pour l’ennui, pour flatter son égo, montrer son physique… Et cette fois-ci c’est l’Organisation des Nations Unies avec plus particulièrement l’UNHCR, l’instance s’occupant des réfugiés, qui a utilisé des selfies afin de mettre en lumière la situation des réfugiés en Amérique du Sud.

Des scènes tragiques dans le décor
Sur chaque selfie, on retrouve un enfant souriant, délivrant un message correspondant à une scène ayant lieu en arrière-plan. Pourquoi l’enfance ? Pour l’innocence qu’elle représente. Le blog a choisi ce selfie de ce garçon dont les amis sont exécutés à ses côtés. Un autre selfie met lui en situation une fillette avec derrière elle sa maman qui accouche dans des conditions précaires. A travers l’usage de ces selfies, l’ONU a voulu lancer une campagne choc grâce à l’outil qui est chaque jour sollicité davantage. Le but est d’interpeller par l’image et montrer une réalité qui est courante et dramatique. Accrochés à nos laptops, tablettes, smartphones, il est bien difficile de ne pas s’arrêter sur ces selfies pour en comprendre le sens. Ils sont postés comme on l’aurait fait sur Instagram.

Aider les réfugiés
Dans les pays où ils se trouvent, les réfugiés viennent de l’étranger ou alors sont des déplacés internes. Dans leurs nouveaux lieux de vie, les populations locales mais aussi l’emploi, le logement… leur sont souvent défavorables. Evidemment, une aide importante doit émaner des gouvernements afin d’aider ces personnes. Dernièrement, la Turquie reprochait à l’Union européenne d’être immobile dans la question des réfugiés qu’elle comptait sur son sol. Quand la Grèce voyait les pays de la route des Balkans, empruntée par les réfugiés, se réunir en sommet sans qu’elle ne soit invitée à s’asseoir à la table. Tandis que le Liban qui compte des réfugiés syriens, palestiniens… doit aussi faire face à un défi interne avec une gouvernance de l’état instable. Comment donc offrir le meilleur quotidien aux réfugiés ? Syriens, Irakiens, Afghans… la vie, la violence, le besoin de sécurité les poussent sur les routes de l’exil.

La mort d’Aylan avait suscité l’émotion et une prise de conscience avec son corps semblant simplement endormi sur la plage. Alors peut-être que ces selfies diffusés avec le groupe publicitaire Sancho BBDO, via des spots, montreront une fois de plus à quel point les réfugiés vivent l’enfer et côtoient la mort. Quand ils ne la subissent pas eux-mêmes…
Publicités