08/05/2017 – #SaltWaterChallenge : la grève de la faim des prisonniers palestiniens continue

08/05/2017 - #SaltWaterChallenge : la grève des prisonniers palestiniens continue

La grève de la faim des prisonniers palestiniens en Israël se poursuit. Débutée le 17 avril dernier, elle a pour but de réclamer des droits et des conditions de détention qui soient dignes. En soutien, une initiative a été lancée : le #SaltWaterChallenge. Il s’agit de boire un verre d’eau accompagnée de sel.

Des conditions de détention plus dignes 

A l’heure actuelle il y aurait 860 prisonniers grévistes d’après les autorités israéliennes. Les responsables palestiniens donnent eux le chiffre de 1500. Le mouvement lancé par Marouane Barghouti, condamné à cinq peines de prison à perpétuité, réclame plus de visites familiales et médicales ainsi que des conditions de détention plus dignes. L’administration pénitentiaire israélienne ne cède pas et a placé certains prisonniers en isolement. Pas de négociations « avec des terroristes » a dit le ministre israélien de Sécurité intérieure. Donc  visites de la Croix-Rouge, durée allongée des visites familiales, ou encore meilleurs soins médicaux sont refusés du côté israélien. Disposant d’une loi permettant d’alimenter par la force les grévistes de la faim – donc de les gaver – l’administration pénitentiaire pourrait en user en employant un corps médical étranger, puisque l’Ordre des médecins israélien voit cela comme une torture. De son côté, le défi #SaltWaterChallenge se diffuse sur les réseaux sociaux. Le fils de Marouane Barghouti a expliqué que les prisonniers boivent de l’eau salée et que ceci est donc une marque de soutien.

Dernièrement une vidéo de Marouane Barghouti a été diffusée. Elle le montrerait mangeant. C’est « une fausse vidéo destinée à briser le moral des prisonniers » a dit son épouse à l’AFP. Les autorités israéliennes ne manquent pas d’imagination pour venir à bout de cette grève de la faim qui risque d’attirer de plus en plus l’attention… ou pas !

Publicités