09/12/2013 – L’opération militaire « Sangaris », un papillon rouge sang

La France, le gendarme de l’Afrique ? La France est aux commandes lorsqu’il s’agit d’aller intervenir sur le continent de l’autre côté de la Méditerranée. Ainsi les militaires français ont pris la direction de Bangui, la capitale de la République Centrafricaine aussi appelée la Centrafrique. Le pays est dans une situation instable depuis 2011 et l’élection de François Bozizé. Plusieurs mouvements de rebellion ont formé la Séléka, une alliance, et ont renversé François Bozizé en mars 2013. Michel Djotodia se hisse au pouvoir. La Séléka est dissoute par Michel Djotodia mais sur le terrain, les violences attribuées à ce groupe continuent…

Un conflit religieux
Sur les ondes de France Info, jeudi 5 décembre, des civils de confession musulmane interrogés parlaient de violences à leur égard en raison de leur religion. De plus à toutes les agressions s’ajoutent d’autres agressions par vengeance. Si la Séléka est musulmane, les Chrétiens majoritaires en Centrafrique ont créé un groupe d’autodéfense « les anti-balaka », les « anti-machette ». Human Rights Watch explique observer des représailles dans les villages chrétiens et musulmans. Dans cette situation, une crise humanitaire a lieu sur place. En novembre 2013, l’ONU parlait de « 400 000 déplacés internes et 68 000 réfugiés centrafricains dans les pays voisins, principalement en République démocratique du Congo. »

L’armée française au secours
Aujourd’hui, la France, après adoption d’une résolution à l’ONU, doit sécuriser le pays, « désarmer toutes les milices et groupes armés qui terrorisent les populations » comme l’a indiqué François Hollande lors d’une conférence de presse au sommet sur la paix et la sécurité en Afrique. Pour sa part, Jean-Yves Le Drian, le Ministre de la Défense, parle d’une période de six mois d’intervention. La France semble seule en tête dans un pays où pourtant les assassinats se succèdent. Il n’y a pas énormément à gagner en Centrafrique il semblerait, ni pétrole, ni gaz… Rien.

Ce n’est pas la première fois que la France intervient dans son ancienne colonie et aujourd’hui l’opération porte le nom d’un papillon rouge… Rouge sang comme le sang qui a trop coulé.

Publicités

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s