10/03/2014 – « Nous n’aurons de cesse de dénoncer les conditions de vie dans la bande de Gaza ! »

Elles devaient passer la journée de la femme avec les Palestiniennes, les femmes de la coalition contre le blocus de Gaza l’auront finalement fêtée à la maison. Restées bloquées à l’aéroport du Caire pour certaines durant plus de 24 heures organisant un sit-in, remises dans des vols de retour à peine le pied posé dans l’aéroport pour d’autres, seul un petit groupe a traversé les douanes égyptiennes sans encombre mais malheureusement aucune n’a été à Gaza.

« Dangereuses et recherchées »
Parmi la coalition, se trouve Claire. 27 ans. Cette mission, elle en a fait partie avec beaucoup d’espoir. L’espoir de mettre le pied à Gaza, comme elle l’avait déjà fait en décembre 2012, sous l’ère Morsi. Cette fois-ci, en mars 2014, les choses se sont passées différemment. Avec trois autres femmes, elles ont été présentées comme « dangereuses et recherchées » par les autorités égyptiennes et ont été arrêtées. « Ces propos ont été repris honteusement par le Consul de France au Caire et nos camarades en sit-in à l’aéroport du Caire ont réclamé notre libération. A notre arrivée à l’aéroport, avec Justine, Lucie, Gwenaëlle, nous avons été isolées et déplacées plusieurs fois dans l’aéroport. Nous avons été placées dans des espaces vitrés et ces vitres étaient notre séparation d’avec les autres passagers. De cette manière, il était sûr que nous n’allions pas rencontrer les autres membres de la coalition. Nous avons été mises en rétention avec les migrants. » En attendant au niveau du terminal 3, le reste du groupe fait un sit-in pour dénoncer cette arrestation mais aussi le refus des autorités de laisser la délégation entrer en Egypte. « De là à m’imaginer dangereuse et recherchée ! Et dire que le Consul de France a repris ces termes. »

Mises en rétention une nuit…
Durant près de quatre heures, les quatre comparses vont demander à une quinzaine de personnes différentes le simple droit de parler avec un interlocuteur anglophone afin de connaître le motif de l’isolement et le pourquoi de leur expulsion. « Nous avons appris que nous serions placées en rétention une nuit pour notre sécurité ! Ainsi, pour notre sécurité, nous avons été isolées, enfermées, privées de nos téléphones et appareils photo, sauf un… que j’ai réussi à faire passer en cellule et grâce auquel nous pouvons présenter notre cellule. » Les autorités égyptiennes profitent aussi de ces quatre heures afin de négocier avec ces femmes pour qu’elles prennent des vols de retour à leurs frais. « A chaque fois, nous avons insisté sur le droit international, réclamant une expulsion payée par les autorités égyptiennes et sur nos compagnies initiales et aux destinations de notre choix, conformément à la loi. Nous avons prévenu que nous refuserions de monter dans un avion. »

Quatre heures pour avoir… de l’eau
Elles insistent également pour rejoindre le groupe en sit-in mais reçoivent un refus. Elles réclament aussi à être en contact avec l’ambassade de France, le consulat. « Le simple fait d’obtenir de l’eau nous a demandé des heures de négociations ! » Les quatre femmes se soutiennent en rétention, dans la bonne humeur avec en tête qu’au terminal 3 le sit-in se maintient et que leurs camarades chantent. « Nous avons été expulsées avec trois belges que nous avons retrouvées par hasard sur le chemin de l’expulsion. Les militantes belges ont signifié leur indignation aux autorités, mais aussi dans l’avion à l’intention des passagers et à l’issue de notre vol, l’équipage nous a apporté la marque de son soutien, ainsi qu’à la cause palestinienne ! »

Claire a certes de la déception, cette déception de ne pas avoir été à Gaza cependant, en dépit de cela, toutes ont su garder le sourire. « Nous nous savions soutenues dans l’aéroport mais aussi en France et au Caire. Nous ne regrettons nullement d’avoir participé à cette mission et je souhaite repartir encore et encore, jusqu’à ce que les femmes de Gaza soient libres. Nous n’aurons de cesse de dénoncer les conditions de vie dans la bande de Gaza ! »

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s