11/11/2013 – Dans la Bande de Gaza, Israël a éteint la lumière

Ghada A. El Sheikh et Ĕslam Ốlwan respectivement âgés de 21 et 22 ans et étudiant notamment le français à Gaza, prennent la parole l’espace de quelques lignes sur le blog afin de parler de la situation dans la Bande de Gaza. Les mots leur sont laissés…   

Bande de Gaza… Un an après l’agression militaire écrasante et massive de novembre 2012 avec des armes interdites internationalement, et la « trêve » parrainée par l’Egypte des Frères Musulmans, la situation n’a pas changé. La scène actuelle à la frontière avec Israël n’est pas rassurante. Des véhicules blindés. Des soldats. Des drones dans le ciel. Sans oublier les raids israéliens qui ont encore eu lieu récemment. Cette situation confirme que l’agression israélienne n’est pas finie. Elle est continue. La réalité est celle de deux parties qui sont prêtes pour une nouvelle guerre. Les indicateurs sont au rouge.

Une souffrance « électrique »
Notre peuple souffre avec patience des coupures d’électricité. Quotidiennement, ces coupures durent parfois plus de 12 heures. La crise s’aggrave et a des effets sur le secteur de la santé, de l’éducation et bien d’autres encore. C’est une crise inhumaine que subissent les étudiants, les patients et les médecins dans les hôpitaux mais aussi tous les habitants de la Bande de Gaza. La vie quotidienne et les besoins sont affectés. Le carburant n’est pas suffisant et Israël tire les ficelles. L’Union Européenne et les Etats-Unis ne font pas pression sur les forces d’occupation et cautionnent la catastrophe humanitaire que nous subissons. Il faudrait l’ouverture des points de passage et l’entrée des produits vitaux.

Les conséquences « électriques »
– Au niveau médical
Les hôpitaux s’appuient très largement sur les générateurs de secours lorsqu’il n’y a plus de courant. Cependant ces générateurs ne sont pas faits pour fonctionner durant de longues périodes. Ils sont donc endommagés. Les médecins doivent prendre les cas les plus urgents notamment pour les opérations chirurgicales. Il faut jongler avec la fiabilité des générateurs, les dégâts des coupures d’électricité puisque certains équipements très sensibles peuvent être hors de fonctionnement. Certains médicaments ont besoin d’être conservés dans des réfrigérateurs et donc leur qualité est affectée. 

– Au niveau de l’éducation
Dans les écoles, les classes sont sombres. L’utilisation de générateurs, quand possible, fait un bruit immense qui empêche la concentration. Sans électricité, on ne peut pas avoir de cours pratiques de sciences, de technologie. Les ordinateurs ne fonctionnent pas… Même situation dans les maisons où, à défaut de générateurs, on peut « aussi » étudier à la lueur d’une bougie.

Le silence…
Où sont passées les institutions des droits de l’Homme ? Où est l’Union Européenne ? Où sont les pays du monde entier ? Ils sont les témoins de notre souffrance. Nous dénonçons et condamnons le silence et la passivité de ces « témoins »… adeptes de la démocratie.

Publicités

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s