14/01/2013 – Arrêt sur image : A qui profite le crime ?

Les femmes du PKK assassinées

Photo prise Gare de l’Est – Paris

Fidan Dogan. Sakine Cansiz. Leyla Soylemez. Elles étaient membres du Parti des Travailleurs du Kurdistan. Elles ont perdu la vie Rue Lafayette, au sein du bureau de la Fédération des associations kurdes de France, à Paris. Assassinat politique tandis que l’heure était aux négociations entre le gouvernement turc et le PKK. Nombreuses ont été les personnes à descendre dans la rue en mémoire des victimes à travers l’Europe. A qui profite donc ce triple crime ?

Publicités

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s