14/02/2011 – Le Prince Rouge, le Grand Rôle

« Durant la journée du 25 juillet, aux funérailles grandioses que les puissants du monde font à Hassan II le prince est omniprésent, il joue là le rôle dont il rêvait depuis des années « être la colonne vertébrale » de ce nouveau Maroc qui se profile. »  [Ali Amar – Extrait de Mohamed VI, le Grand Malentendu]

 

Il était une fois un prince au pays des Mots Croisés sur France 2. Grand orateur et pin’s, à l’effigie du Maroc ou de l’Université de Princeton, épinglé à une veste de costard rayé, Moulay Hicham n’est autre que le cousin germain du roi Mohammed VI aussi appelé M.6. Aux allures charmantes, qui est en réalité ce personnage ? 

Un prince en exil

A la mort de son père, Moulay Hicham, sous la responsabilité de son oncle, le roi Hassan II, en devient le troisième fils, après Moulay Mohammed, à l’époque, et Moulay Rachid. C’est à l’étranger qu’il s’investit quand certains lui reprochent son manque de présence dans le royaume. De l’université de Princeton où il fait ses études, à l’Université de Stanford où il est thésard en passant par la Fondation Moulay Hicham pour la Recherche en Sciences Sociales sur l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient qu’il crée, il garde son œil critique. Il est finalement analyste et citoyen quand au Maroc, il ne faut toucher ni à la royauté, ni à la religion, ni à l’intégrité territoriale, qui plus est quand le titre de prince est porté. Ses observations ne datent pas d’aujourd’hui mais d’il y a près de 10 ans déjà. Prendre du recul, s’éloignant du royaume n’a fait que renforcer ce qu’il pense du pouvoir en place. Un visionnaire en quête de changements, d’évolution. Une actualité qui lui donne raison.

A la recherche de son heure

La mort de Hassan II en 1999 n’aura pas permis au Prince Rouge de jouer le rôle qu’il souhaitait, à savoir participer au règne d’M.6. Comment alors considérer Moulay Hicham ? Détracteur d’une monarchie installée, d’un roi pourtant légitime du point de la vue de la tradition de succession ? Ou plutôt partenaire d’un cousin pour amener et accompagner les changements ? Les crises sociales et démocratiques représenteraient une possibilité pour lui de se placer dans les nouveautés que connaitra forcément le Maroc. Ses récentes déclarations dans une presse espagnole, confondant clichés du Proche Orient et clichés du Sahara, n’appellent pas explicitement à une fin du règne de son cousin. Son message évoque des réformes constitutionnelles qui transformeraient le Maroc en une autre Grande Bretagne, avec un roi qui régnerait sans gouverner. Ainsi, sur le plateau de l’émission Mots Croisés, qui aurait pu se transformer en « Roulette Russe » (dixit Moulay Hicham), le prince n’a pas appelé le peuple marocain à renverser M.6. Qui croyait vraiment à ce genre d’annonce depuis un plateau de télévision. Calvi voulait-il un scoop et créer le buzz ? Il aurait mieux valu lui demander directement quelle place il comptait occuper dans cette évolution à venir.

 

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s