15/07/2013 – Morsi a sous-estimé le mouvement « Tamarood »

IMG_9449

Photo par Yann Renoult, présent en Egypte (http://www.flickr.com/photos/jazzinwb/)

Soha M., une Egyptienne habitant Nasr City, à cinq minutes du sit-in des pro-Morsi et à trente minutes de Heliopolis où se trouve le palais présidentiel, a pris le temps de parler de son pays et de la situation instable dans lequel il se trouve…

Quel est le climat actuel en Egypte, d‘après les médias et d’après ce que vous, vous voyez ?
Concernant les médias, ils sont contre les Frères Musulmans. Dés leur accession au pouvoir avec le Parti Liberté et Justice, ils ont appelé à les en exclure. Me concernant, cela fait un an que les gens ne font que critiquer le gouvernement de Morsi. Nous espérions, j’en fais aussi partie, un leader et un gouvernement beaucoup plus forts. Morsi n’a pas tenu ses promesses de campagne et il s’est toujours montré comme un suiveur de la politique des Frères Musulmans.

Est-ce un coup d’état ou alors le soulèvement de personnes souhaitant un gouvernement capable d’améliorer les conditions de vie ?
C’est le coup d’état de personnes qui veulent avoir un gouvernement qui sache comment apporter des améliorations à leurs vies. Le quotidien de ces personnes ne s’est pas vraiment arrangé au cours de cette année passée. Je sais que la corruption est profondément ancrée. Pourtant ce gouvernement n’a pas fait grand chose, n’a pas restructuré pour se débarrasser de ce fléau. Notamment dans la police par exemple !

Beaucoup d’électeurs ont voté pour Morsi, où sont-ils à présent ? Sont-ils dans les manifestations ?
J’ai personnellement voté pour Morsi et aujourd’hui je suis contre lui… Cependant je suis contre le fait de l’avoir renversé par un coup d’état. C’est difficile d’expliquer ma position parce que je ne suis pour aucun camp. D’une part, je n’accepterai pas de voir une décision militaire définir qui doit être au pouvoir. D’autre part, Morsi et son gouvernement ont des défaillances à différents niveaux. Et ces derniers jours, la violence a atteint son apogée. 

L’armée égyptienne a tué de nombreuses personnes soutenant les pro-Morsi, les Frères Musulmans sont-ils considérés comme des « parias » pour subir ce sort ? 
Oui… Je suis choquée et triste de voir comment les Egyptiens peuvent être divisés, de quelle manière ils catégorisent les uns et les autres au point qu’ils ne peuvent pas s’entendre et que le sang coule sans raison.

Pensez-vous que l’ère post-Morsi ne pourra être que meilleure ?
Peut-être ! Mais pas au niveau de la sécurité intérieure. Je crois aussi que les Frères Musulmans souffriront le plus.

Quelles sont les conséquences de cette situation sur votre vie personnelle ?
Je travaille à l’Université Américaine du Caire. Nous sommes en congés depuis quelques semaines par mesure de précaution en raison des émeutes. Nous avons perdu beaucoup d’étudiants étrangers étant donné que les Etats-Unis ont déconseillé de voyager vers l’Egypte et d’y rester. Le Département d’Etat a élevé son alerte au niveau rouge. Pour ma part, je suis constamment en confrontation avec ma mère car elle est anti-Morsi et anti-Frères Musulmans. Parfois elle refuse que j’aille leur apporter des médicaments sur leur lieu de rassemblement à Nasr City. Par ailleurs, j’avais décidé de rejoindre leur rassemblement après le massacre de l’armée le lundi 8 juillet mais ma mère avait refusé. J’ai perdu des amis qui ont une opinion politique différente de la mienne. La situation est mauvaise et cette division du peuple égyptien va nous empêcher de reconstruire le pays.

Le mot de la fin :
Je voulais ajouter qu’à mes yeux c’est un coup d’état consenti par le peuple. AbdelFattah Elsisi, le ministre de la défense qui a annoncé que Morsi n’était plus le président du pays, aurait pu appeler à un référendum pour demander au peuple si Morsi devait rester ou non le président jusqu’à la fin de son mandat et aurait donc pu empêcher ce retour à la case départ. De son côté, Morsi était faible et a sous estimé les conséquences du mouvement « Tamarood » qui voulait le voir quitter le pouvoir. « Tamarood » a appelé les jeunes à se rebeller face au président, aux résultats de son gouvernement et à lui retirer leur confiance. Ils ont commencé à gagner des partisans en parlant aux personnes partout… Mais Morsi n’a pas réagi. Peut être qu’il aurait pu éviter tout ça…

Publicités

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s