16/11/2015 – Ici Paris… J’ai besoin de parler !

Une Tour Eiffel dans le ciel lyonnais (photo : B. Touil) - alencredemaplume.com

Une Tour Eiffel dans le ciel lyonnais (photo : B. Touil) – alencredemaplume.com

Je n’ai pas pour habitude de déroger à l’édito’,
Mais je dois avouer qu’aujourd’hui le moral est un peu à zéro.
Pourtant je suis de ces personnes ayant quasiment toujours la pêche,
Trouvant même les journées trop courtes pour accomplir toutes mes tâches.
Et cette patate, c’est en pleine tête que je l’ai prise ce vendredi,
Quand l’effroi et l’horreur ont envahi Paris.
Cette veille de samedi, je me souviens avoir joué avec ma fille.
Après les rires et la promenade, le soir paisiblement elle a rejoint son lit.
Quant à papa, il était de mariage, devait prendre la route,
Tandis que m’envahissait un sentiment de doute :
« Ne le laisse pas partir… Et si quelque chose de grave lui arrivait ? »,
Rassurée par des « Ne t’inquiète pas ma chérie, je ne vais pas m’attarder ».
Alors je l’attendrai jusqu’à son retour, même tard s’il le faut,
M’installant devant le match de foot et les réseaux sociaux.
Si j’avais été concentrée, j’aurais noté ces explosions à la télévision,
Mais comment imaginer le pire pendant une simple partie de ballon rond ?!
Et c’est la barbarie qu’Internet m’a alors livrée !
Des fusillades, une prise d’otages, des innocents assassinés !
Un froid glacial a pris place dans mon corps :
Ils ont décidé, EUX, de revenir frapper encore et encore.
Les larmes montent bien que je sois en sécurité chez moi, enfin je crois.
Ce soir, en plein Paris, ils ont décidé de faire leurs propres lois.
Tuant à tout va, se cachant faussement derrière Dieu,
Condamnant les êtres à dire à la vie adieu.
Des pères, des mères, des frères, des sœurs…
Des fils, des filles… Certains n’ont pas eu le temps d’avoir peur.
En lisant les nouvelles, j’apprends la mort de mes compatriotes,
Ce sont des existences que leurs armes ôtent.
Je ne peux pas m’empêcher de me dire et si…. :
« J’avais aussi été à ces terrasses cette nuit,
J’avais aussi été aux abords du stade de France cette soirée,
J’avais aussi été au Bataclan, si le rock j’avais aimé. »
Ce vendredi, j’avais envie de serrer ma fille endormie dans mes bras,
Car j’avais besoin de son innocence, de sa naïveté tout contre moi.
J’ai pensé : « Si plus tard je dois lui parler de ça, comment trouver les mots » ?
« Méli, tu sais, un soir des hommes et des femmes ont été tués par des idiots,
Disant agir au nom de l’Islam mais ce sont des menteurs,
Car en Islam on porte son prochain dans son cœur,
Peu importe sa couleur, son origine, sa religion,
On ne fait pas de mal, faire le mal c’est désobéir à Dieu sinon. »
Mon discours sera-t-il le meilleur ?
Sera-t-elle comme moi, envahie par la terreur ?
Parce que oui ce vendredi, la peur m’a envahie,
Un sentiment de crainte a surgi.
Comment ne pas se laisser faire et être forte ?
Quand des illuminés frappent à notre porte…
Il faudra aussi faire face à l’après,
Cette paranoïa ou réalité d’être stigmatisée,
Pointée du doigt à cause de mes croyances,
Une confusion entre EUX et moi qui aime ma France…
Et à deux heures du matin, papa est rentré, enfin !
Contrairement à ces personnes qui ont eu des fous sur leur chemin…

Siham

——

J’ai voulu suivre le hashtag ‪#‎Messagedepaix‬ en envoyant un SMS à un numéro composé au hasard. Et j’ai eu une réponse. Voici ce message que j’ai envoyé :

« Bonsoir. On ne se connait pas. J’ai tapé un numéro au hasard. Après les attentats de Paris, un élan de solidarité s’est élevé sur les réseaux sociaux. Sur Twitter est né le mot #Messagedepaix alors je vous envoie un message de paix. Soyons unis et ensemble face à l’inacceptable. Les mots ne sont pas assez forts mais soyons forts, plus forts que ces illuminés et barbares. Ils sont perdus contrairement à nous qui savons vers où nous allons : la paix. Bonne soirée à vous malgré le sentiment de peine. »

Voici le message reçu en retour :
« Merci de votre message,
Je vais me permettre de le reprendre et faire comme vous, taper un numéro au hasard.
Votre message me réconforte et me laisse penser que tout n’est pas perdu.
Prenez soin de vous qui que vous soyez. »

Publicités