22/09/2014 – Gaza, un système éducatif sous blocus

 Traduction faite du texte de Ayman Qwaider sur le site http://eenetglobal.wordpress.com/2014/09/18/gaza-an-education-system-under-siege/

Classroom in Gaza, August 2014 Photo by: Yousef Alejla

Classroom in Gaza, August 2014
Photo by: Yousef Alejla

A l’heure à laquelle j’écris (août 2014), les élèves de nombreux pays sont en train de préparer la rentrée scolaire. Cependant, à Gaza, la dernière guerre signifie que la date de la rentrée scolaire reste incertaine pour de nombreux élèves. L’attaque israélienne (qui a duré près de deux mois) signifie que les enfants à Gaza sont privés de leur droit fondamental à l’éducation.

Mon petit frère Anas est en neuvième année. Il a déjà vécu les deux précédentes attaques israéliennes (2009 et 2012) et dit qu’il a actuellement hâte de survivre à la troisième. Anas est un élève intelligent avec de grands rêves pour le futur. Il avait été choisi pour participer à un voyage éducatif aux États-Unis organisé par les Nations Unies en 2012. Cette année, Anas était pressé de commencer la nouvelle année scolaire et tout particulièrement de développer ses compétences linguistiques en anglais. Cependant, l’agression sur la Bande de Gaza a eu des conséquences psychologiques négatives.

 “Je ne sais pas pourquoi nos droits fondamentaux et spécialement mon droit à l’éducation me sont refusés. Il n’y a pas de justifications aux bombardements de nos écoles. Je n’ai pas profité de mes vacances d’été et je ne suis plus excité à l’idée de démarrer mon année scolaire.“, m’a dit Anas.

D’après le Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires (United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs – OCHA), 26 écoles ont été totalement détruites et 221 autres écoles ont été endommagées depuis le 8 juillet. Au moins 11 établissements de l’enseignement supérieur ont aussi été touchés. Le Ministère de l’Education et de l’Enseignement Supérieur a rapporté que plus de 30 membres du personnel éducatif ont été tués et de nombreux employés, professeurs, étudiants ont été blessés. Un quart de la population est déplacé dans l’enclave, se réfugiant dans des écoles des Nations Unies ou des écoles publiques.

Le système éducatif est déjà dévasté par 7 années de blocus israélien, qui entravent l’entrée dans la Bande de Gaza du matériel nécessaire au développement du secteur éducatif. Malgré cela, des efforts avaient été faits afin d’introduire une éducation inclusive comprenant l’amélioration de l’accès aux écoles et l’accueil au sein des établissements d’enfants atteints de handicaps. A présent, après des semaines de bombardements et d’activités militaires israéliennes, les organismes de formation doivent évaluer les dommages. Ils doivent évaluer l’état des établissements afin d’apprécier le travail éducatif qui devra être fourni cette année. Fournir toute sorte d’éducation sera un défi logistique. Des milliers d’enfants sont déplacés et ne sont plus en mesure d’assister aux cours dans leurs écoles habituelles, en supposant que ces écoles n’aient pas été bombardées et soient sûres pour être utilisées. Les classes seront encore plus surpeuplées dans des écoles qui recevaient déjà le double de leur capacité avant la guerre.

Même lorsque des établissements peuvent être utilisés, même temporairement, le retour à l’enseignement et l’apprentissage n’est pas simple. L’UNRWA indique que le taux de stress post-traumatique des enfants à Gaza a doublé depuis “Pilier de Défense en 2012. Plus de 350 000 enfants ont besoin de soutien mental et psychologique. Ils souffrent d’anxieté, de dépression, de sauts d’humeur.

À plus long terme, les accompagnements psychologiques et la guérison des traumatismes seront des éléments essentiels de l’éducation. Les Nations Unies et les écoles publiques consacreront le premier semestre de cette nouvelle année scolaire à fournir un soutien psychologique. Une éducation sûre, sécuritaire, inclusive et productive pour tous les enfants de Gaza reste un objectif à long terme.

La Bande de Gaza, partie de la Palestine, fait 365km2. 1,8 millions de personnes y vivent. D’après l’UNRWA, plus de la majorité (1,23 millions) est enregistrée comme réfugiés, vivant dans 9 camps de réfugiés. Près de 65% des Gazaouis ont moins de 25 ans et ont continuellement besoin d’aides sur les plans éducatif, médical et social.

Ayman Qwaider est consultant en éducation et droits de l’homme et traducteur d’arabe. Il est originaire de Gaza et est actuellement basé en Australie. Il travaille également avec EENET en tant que stagiaire pour aider à la construction de réseaux sur l’éducation inclusive dans le monde arabe.

Publicités

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s