25/09/2017 – Arrêt sur vidéo : Misère, persécution, guerres créent les réfugiés !

25/09/2017 - Arrêt sur vidéo : Misère, persécution, guerres créent les réfugiés !

A l’ONU, le syndrome de la « reunionite aiguë » est présent tout au long de l’année. On se réunit, on condamne, on agit peu et on parle beaucoup. Un peu trop même… Mais il peut s’avérer que des discours puissent marquer les esprits. En ce mois de septembre 2017, la 72e session régulière de l’ONU s’est ouverte. Le débat général annuel a débuté le 19 septembre. A la tribune, les « grands » de ce monde prennent la parole à tour de rôle. Et le Secrétaire Général, Antonio Guterres, a forcément fait son discours. Et il a défendu les réfugiés, merci !

Qu’a donc dit Antonio Guterres ?

« Migrer dans de bonnes conditions de sécurité ne devrait pas être le privilège de l’élite mondiale (…) Je suis moi-même un migrant, comme bon nombre d’entre vous. Mais il ne serait venu à l’idée de personne que je puisse risquer ma vie à bord d’une embarcation de fortune ou traverser un désert à l’arrière d’un camion pour trouver un emploi dans un autre pays. Les réfugiés, les déplacés, les migrants ne sont pas le problème. Le problème tient aux conflits, à la persécution et à la misère inéluctable. Je souffre de voir la façon dont on dépeint les réfugiés et les migrants et dont on les prend pour bouc émissaire. Je souffre de voir des responsables politiques exploiter le ressentiment à des fins électorales. Dans le monde contemporain, il n’y a pas de société qui ne devienne multiculturelle, multiethnique et multireligieuse. Cette diversité doit être vue comme une richesse et non comme une menace. Mais pour qu’elle porte ses fruits, nous devons agir en faveur de la cohésion sociale, de sorte que chacun ait le sentiment, que son identité est respectée et qu’il est un membre à part entière de la collectivité. »

Un message fort prononcé depuis la tribune de l’ONU mais qui reste de simples mots. Des mots qui ne changent pas la situation sur le terrain. Les actions valent plus que les mots. Est-ce que dénoncer de cette manière est la première étape de prochaines actions à venir ? Suspense onusien !

Publicités