31/10/2016 – Les journalistes de France 3 indignés des commentaires haineux contre les réfugiés

31/10/2016 - Les journalistes de France 3 indignés des commentaires haineux contre les réfugiés

Quel soulagement de voir que certains journalistes de médias mainstream français prennent position et recadrent les haineux qui s’en prennent aux réfugiés. Ca n’arrive pas souvent alors applaudissons. Pourquoi donc cette réaction des journalistes ? Car ils ne souhaitaient pas rester silencieux devant tant de haine et « ne rien dire c’était se rendre complices« 

Insultes et menaces des internautes
C’est ainsi un reportage de quelques secondes à peine diffusé sur la page Facebook de France 3 Midi-Pyrénées concernant l’accueil des réfugiés qui a été la cible de nombreux commentaires de personnes haineuses et surtout refusant que les réfugiés ne soient accueillis en France. Les images montraient l’arrivée d’Afghans à l’aéroport de Toulouse après l’évacuation de la jungle de Calais. Certains internautes ont montré de la bienveillance avec des « super pour eux, ils vont enfin pouvoir vivre » ou encore « bienvenue à eux« . Seulement il y a aussi eu des réactions négatives comme « l’invasion est en marche« . Sans oublier les menaces contre les journalistes.

Le rédacteur en chef adjoint réagit
On aurait pu en rester là et les commentaires auraient tout simplement été supprimés, seulement le rédacteur en chef adjoint chargé des éditions numériques a pris l’initiative, en accord avec la rédaction, de publier un article avec pour titre « Certains de vos commentaires sur Facebook sur l’arrivée des migrants dans la région sont insupportables », sur le site Internet de France 3 Midi-Pyrénées. Dans ces lignes on lit :
« La plupart de ces commentaires sont haineux. Ils rejettent, a priori, sans les avoir rencontré, sans connaître leur histoire, des individus, des êtres humains, simplement parce qu’ils viennent d’un pays étranger, que leurs « traditions », leur « mode de vie » ne seraient pas exactement les mêmes que les nôtres. Mais cela va plus loin, « accusant » ces hommes d’être des violeurs en puissance, des agresseurs d’enfants. C’est insupportable.« 

Ainsi en plus de délivrer de l’information, les journalistes ont aussi fait le « service après-vente » à savoir recadrer les plus haineux. Ceux qui seraient très certainement heureux demain, s’ils étaient eux-mêmes réfugiés, de pouvoir trouver un abri en paix dans un pays qui n’est pas en guerre.

Publicités