Leurs pères, ces héros !

mon père ce héros

Elle se souvient de lui lorsqu’il la portait sur ses épaules et qu’elle se voyait toucher le ciel. Mais les étoiles étaient déjà dans ses yeux. L’instant était si heureux. Elle ne voulait pas remettre les pieds sur terre. Elle était si bien !

Il se souvient de ces après-midis de football lorsqu’il l’accompagnait. Il se rappelle de ces dix années de rencontres de ballon rond avec lui sans cesse présent pour l’encourager, l’acclamer, lui dire de ne rien lâcher.

Elle se souvient de ses vacances à l’Ile Maurice, lorsqu’il lui montrait les endroits où il avait grandi, là où il jouait étant enfant. Il était fier de dire à ses amis d’enfance qu’elle était sa fille. Et elle, elle s’abreuvait de chacun de ses conseils et mangeait chacun de ses bons plats.

Elle se souvient du moment où sonnait la cloche à l’école. Il était enfin l’heure de le retrouver. Et lui, se trouvait là, devant le portail avec son camion poids lourd.

Elle se souvient des bêtises qu’elle faisait. Lui la grondait mais en quelques larmes à peine, il cédait et lui pardonnait. Promesse était alors faite de ne jamais recommencer. Mais les promesses sont faites pour ne jamais être tenues.

Elle se souvient que tous ces héros ne faisaient pas le poids à côté de lui. Lui n’avait peur de rien. Il était comme invincible, il n’avait jamais mal.

Elle se souvient qu’il était le seul à venir participer au courseton. Les autres enfants étaient étonnés et lui disaient « il est trop fort ! »

Elle se souvient de lui lorsqu’il venait la chercher, elle, ses sœurs et frères. Tous les vendredis, après une semaine de déplacement, il était là devant l’école avec des douceurs.

Elle se souvient de ces matchs de football auxquels elle assistait avec lui. Et lui faisait tout pour avoir les meilleures places.

Elle se souvient de ce jour où il lui a proposé d’aller « chercher le père Noël » ! Il avait neigé, ils étaient seuls sur la route, dans une 4L bleue. Personne ne parlait jusqu’à ce qu’une branche soit heurtée. Tout le monde pensait avoir touché le Père Noël.

Elle se souvient de cette tirelire en forme de cochon mais aussi de ce 33 tours Emilie Jolie. Philippe Châtel avec Eddy Mitchell, Françoise Hardy, Henri Salvador, Julien Clerc… il y a bien longtemps. Elle connaît chacune de ces chansons et en chantant, elle se souvient.

Elle se souvient de… ce papa si présent à chaque instant de sa vie. A l’école, pendant les vacances et durant tous les moments importants de son existence. La liste est si longue…

Que de souvenirs inoubliables !

Publicités

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s