Quand des Maghrébins et un Gitan font « FORTUNES »… dans une série télévisée

Quatre hommes à la recherche de Fortunes…

Lorsque les instants d’infortunes font rire à en pleurer, Brahim, Fathi, Driss et Mike sont forcément aux alentours. Ces copains mais aussi ces frères veulent tacler le quotidien afin de prendre l’avantage et surtout pour avoir leurs parts et pourquoi pas l’intégralité du gâteau. Voyant pour eux des perspectives d’avenir meilleures en tentant de rester eux-mêmes, surtout en n’utilisant pas un prénom français en entreprise lorsque le vrai est Brahim, ils vont prendre les choses en main… assez maladroitement. Le tout devant une caméra, entre textes et improvisations évidentes ! Humour, complicité, dynamisme, famille et amour sont au rendez-vous ! Et ces acolytes vont-ils réussir à faire Fortunes ?

Une comédie sentimentale à la sauce maghrebo-portugaise
D’abord un long métrage réalisé par Stéphane Meunier, le Monsieur du documentaire les Yeux dans les Bleus de 1998, Fortunes a réitéré il y a quelques mois déjà dans un format de série télévisée d’une cinquantaine de minutes. Ainsi, la première apparition a plu et l’épisode, en fin de compte pilote, en a donc donné d’autres qui risquent bien, eux-mêmes, de donner d’autres saisons. Forcément ! Pourquoi ? Parce que Brahim, interprété par Salim Kechiouche, qui a eu bien du mal à ouvrir sa propre agence immobilière, est attachant. Un homme attachant par son sourire, son attitude mais aussi et surtout par toutes ses galères qui s’accumulent. Un chat noir semble le suivre, la main de Fatima ne le protège pas. Même en amour, il a longtemps trébuché puisqu’il lui a fallu ramer avant de pouvoir épouser sa Héléna, Alexia Portal dans la vraie vie. Un mélange des cultures qui a d’ailleurs donné un beau bébé appelé François-Francisco-Farid. Mais, parce qu’il y a toujours un mais, le nourrisson se trouve entre Islam et Catholicisme sans être baptisé ou encore circoncis. Ce sont les papis et les mamies qui ne sont pas contents !

Trois Maghrébins et un Gitan… Les Daltons !
Mais ce n’est pas tout ! Dans ses plans d’agent immobilier, Brahim n’est pas seul. Il y a Fathi (Farid Larbi) le grand frère de Brahim, une main sur une bouteille d’alcool, l’autre sur un pistolet… en cas de force majeure, mais surtout un bras droit fraternel sur qui le petit frère peut compter. Driss, ou El Bachir Bouchalga, est lui l’ami d’enfance à l’accent maghrébin qui lui colle à la voix mais aussi aux proverbes et aux comportements décalés : « Le chameau ne remarque jamais sa propre bosse. Par contre, il voit celle de son frère ». Il est plus souvent sur la Lune que sur Terre. Puis vient Mike, la touche européenne du lot et aussi celui qui aime les trafics de téléphones portables, sans parler des chemises dont les cinq boutons du haut semblent avoir disparus tant ses chemises restent ouvertes. En somme dans le lot, celui qui reste le plus raisonnable est Brahim, l’époux, le père de famille et le responsable d’agence immobilière.

La série cosmopolite
Ce sont des couleurs, des accents, des idiomes et des visages basanés qui habitent cette série. Entre les Maghrébins qui tiennent la pizzeria… halal, les Portugais qui parlent de la Sainte Fatima, les Gitans venant squatter un immeuble pour rendre service à Brahim mais aussi les Chinois, qui ont installé leur propre agence immobilière juste en face de celle du père de famille, c’est une bonne partie des personnes qui font la France qui sont au rendez-vous. Sans oublier les Français dans les rôles des clients mais aussi de l’avocate, future épouse de Driss, qui sait ? Peut-être que d’autres personnages arriveront par la suite afin de montrer un peu plus que le vivre ensemble peut apparaître tantôt difficile, tantôt agréable et convivial. Finalement, c’est la réalité que l’on retrouve dans ces images avec ce petit brin de spontanéité propre à chacun.

Enfin instant d’interrogation… « Y en a que pour vous. A la télévision, au cinéma, on voit que vous… Dans le football, et même en politique, vous y êtes. De toute façon, en France, si t’es pas Arabe t’es rien », dixit un Chinois dans la série ! Est-ce une preuve qu’ils peuvent réussir à trouver Fortunes, avec Mike bien sûr ?

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s