Pierre Pauzin : un Piotki à la guitare

Piotki qui a co-écrit un morceau avec Ma Plume pour le blog. A découvrir à la fin de cet article !

Aux environs de Lyon vit Pierre, 25 ans. D’ailleurs, il serait aussi possible de l’appeler Piotki, soit « petit Pierre » en russe. « Ca a un côté enfantin et c’est aussi comme ça que mes proches me voient encore, même à l’âge de 25 ans. » Actif sur le web, une simple recherche sur la toile à partir de son surnom permettrait de trouver un carnet de voyage sur son expérience ibérique mais aussi un autre monde, celui du cyclisme puisque le deux-roues est une de ses passions. « De fil en aiguille, on peut dire que ce surnom est devenu mon nom de scène, celui que j’utilise pour ma musique et celui de ma page Facebook également. »

Le parcours de Piotki
Après avoir réussi un Baccalauréat Scientifique, il change de voie en allant vers des études littéraires et linguistiques, au cours desquelles il jongle entre l’anglais et l’espagnol. « J’ai passé un an et demi en Espagne, un pays que j’affectionne particulièrement. » Puis il va encore vers autre chose puisqu’il suit une année de formation afin d’être agent d’escale en aéroport. Mais il ne continue pas. Côté hobbies, il est fan de cyclisme et aurait aimé en faire en club mais sa santé fragile l’en empêche. « Ceux qui me connaissent bien pensent à moi quand arrive le mois de Juillet et le Tour de France. » Et puis la musique fait son entrée dans sa vie à ses 6 ans sous une forme assez spéciale, celle de la flûte à bec. « Pourquoi cet instrument ? A vrai dire je n’en garde pas un beau souvenir. Puis j’ai appris le piano classique pendant sept ans. J’ai fait trois ans de solfège, une matière généralement détestée par les enfants. Pourtant cela apporte beaucoup et aujourd’hui avoir fait du solfège m’aide pour composer mes chansons. » Vers ses 14 ans, il reçoit une guitare classique pour Noël. D’ailleurs cette guitare est la seule qu’il ait eue aujourd’hui. « Je me suis mis à apprendre tout seul quelques accords à l’aide d’un manuel. J’essayais de reproduire des chansons rock que j’entendais à la radio. Tout se faisait juste à l’oreille. » Depuis ce jour, il n’y a pas un jour sans qu’il ne « gratouille » un peu, comme il dit. C’est de là que tout est parti.

En musique…
Son style, Piotki l’avoue, il le puise dans ces artistes dont les chansons, la façon d’être le touchent. « Je m’inspire de toute la chanson française tout simplement. » Bénabar, Raphaël, Renaud, Benjamin Biolay ou encore Francis Cabrel sont des noms auxquels on pourrait penser. « Je ne veux pas copier ! Mais je me retrouve vraiment dans des chanteurs comme Renan Luce par exemple, un artiste que j’apprécie beaucoup. Je pourrais aussi citer Benoît Dorémus ou encore Aldebert qui sont moins connus médiatiquement mais tout aussi talentueux. » Les grands classiques, comment les oublier ? Brassens, Brel…sont des êtres qui marquent. Cependant il y a aussi la musique anglo-saxone qui trotte dans la tête de Pierre. Afin de mettre  ses textes sur papier, il puise forcément dans son quotidien et davantage de ce qu’il est, de sa personnalité particulière. « La plupart de mes chansons reflètent mes états d’âmes du moment. J’essaie de jouer avec les mots quand c’est possible. Mettre en avant des sentiments tout en me faisant plaisir. » Il sait bien qu’il n’est pas Renaud, ce critique de la société, ni Bénabar qui raconte souvent les petites choses du quotidien dans ses morceaux. Il dit ne pas avoir assez vécu pour l’instant. D’ailleurs, pour l’avenir, il aimerait faire connaître sa musique en simple amateur aux internautes qui le découvriraient par hasard. « Je n’ai rien de professionnel pour le moment mais développer un projet artistique autour de mes chansons m’intéresserait. De là à me lancer comme chanteur-écrivain dans le monde de la musique, il y a un pas que je franchirai peut être. »

Si il était…
Au jeu du portrait chinois, Pierre se laisse emporter. Etre dans la peau d’une chanson ? Impossible ! « Faire un choix, je ne peux pas. Enfin là tout de suite, celle qui me vient à l’esprit est Mistral Gagnant de Renaud. C’est une chanson douce, très bien écrite et teintée de nostalgie.  Elle continue à toucher les gens. » Dans la simplicité, se voir mélodie serait celle d’un film de Charlie Chaplin. « Petit, je crois avoir vu la totalité de la gamme Charlot en k7 vidéo. Ca remonte à loin ! C’était pour passer certains après-midis, surtout le mercredi ! Alors je choisirais le thème de The Kid ou bien le passage des Temps Modernes, lorsque Chaplin doit chanter dans un restaurant. Je pense aussi au générique des épisodes télé de Tintin. » S’imaginer instrument à présent ? « Surtout pas une flûte à bec ! Mais ma guitare plutôt. C’est un instrument accessible je trouve. C’est comme tout, si on veut progresser, il faut pratiquer. » Un do ou alors un sol seraient bien Pierre. « Je commence généralement mes compositions par ces notes. » Puisqu’une chanson regroupe mélodie et textes, Piotki a aussi dévoilé les paroles qui pourraient le représenter. « Pourquoi pas les premiers vers d’une de mes chansons. Elle s’appelle J’ai l’goût. Sur Internet, les gens l’apprécient. Ca commence comme ça :

J’ai l’goût des amitiés qui s’perdent,
Des descentes sans frein à vélo,
De bruit de mes pas dans la neige,
Du mercurochrome, d’mes héros.
J’ai l’goût des courbes andalouses,
Et des ballades à en crever,
D’mes amours ne sois pas jalouse,
Ce n’sont qu’des amours de papier…»

En terminant, Piotki a fait un cadeau pour le blog. Puisqu’en prenant des paroles écrites par Ma Plume, il a réalisé cette vidéo en ajoutant et sa guitare et ses propres vers. Ce n’est pas pour rien si Piotki rime avec merci !

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s