Les Lumières du Maroc

L’association Lumières du Maroc est née suite à… de nombreuses difficultés ! En effet, Abdellah Mouiny explique qu’en arrivant en France, les Marocains venus travailler ou étudier dans l’Hexagone rencontrent moult barrières. Ce n’est ni le même mode de vie, ni la même culture sans parler du système administratif. « S’intégrer, s’adapter ne sont pas des choses faciles. » Il est donc nécessaire de trouver des moyens afin que ceux qui rencontrent les mêmes obstacles puissent compter sur un réseau !

Paris, Ville des Lumières
« Puisque nous sommes Marocains, nous voulons aussi promouvoir la culture du pays avec ses valeurs mais aussi son histoire. » Agir de la sorte permet de créer des évènements dans le but de rassembler et d’échanger, sans se soucier des origines. Avoir choisi le mot « lumières » a son sens puisqu’il met en exergue que l’éducation et l’enseignement sont sources lumineuses. L’organisation désire aller contre l’obscurité à Paris, elle-même Ville des Lumières ! Au commencement, se trouve donc Abdellah mais aussi son ami Mostafa Bahi et Samir Ouadi qui les rejoint un peu plus tard. Officiellement, l’association naît le 26 Février 2010.

Un démarrage pas si facile
A trois, il faut donc convaincre, débattre, lister les objectifs, recruter, organiser des réunions en s’aidant de Skype, des forums d’échanges… Aujourd’hui, le groupe compte cinquante administrateurs actifs se trouvant sur Paris, Lille et Casablanca. A ceux-là, viennent s’ajouter les représentants en Suisse avec notamment Kenza Majbar sans oublier la Belgique. Ensemble, ils mettent en place des projets culturels, économiques, éducatifs et sociaux. « Construire un réseau de synergie et de networking afin de mettre en relation des compétences professionnelles est l’une de nos préoccupations tout comme la collaboration avec les écoles et les universités susceptibles d’offrir des stages à l’étranger », explique Abdellah.

Abdellah Mouiny, à la base des Lumières du Maroc

Tellement d’étoiles à atteindre
Conseiller les étudiants dans leurs choix de carrière, représenter des personnes morales ou physiques auprès des instances locales, instaurer l’esprit de citoyenneté et sensibiliser d’un point de vue éducatif, routier, économique et écologique sont dans le viseur des Lumières du Maroc. Le moyens utilisé est l’autofinancement en attendant d’avoir un répertoire solide et des bailleurs de fond. « A présent, nous avons suffisamment de reconnaissance afin d’avoir une certaine crédibilité. » Actuellement, trente actions sont en cours sur les plans social, sanitaire, humanitaire des villages de Yabora, Targa, en passant par Lille et Paris. Concrètement, on  retrouve des actions ftour collectifs (des repas pour la rupture du jeûne du Ramadan), des animations de campus universitaire, des actions de soutien et d’écoute… Et la liste est encore longue !

Un état d’esprit
Etre efficace passe toujours par la qualité des administrateurs et leurs degré d’engagement et de motivation. Abdellah observe que jusqu’à présent, ils ont pu remporter de grands paris. « Nous avons la certitude que toute chose arrive avec temps et patience. Il faut donc être persévérant. Aider est notre idée de départ et nous ne devons pas perdre cela. Il faut aider les autres à ne plus avoir besoin d’aide justement. » Il est très optimiste concernant l’avenir de l’association puisque les membres sont engagés durablement. « Il faut semer pour cueillir. Il faut semer pour ramasser. » De l’une de leurs actions, Abdellah a un souvenir très marquant ! « Nous avions apporté des vêtements dans le village de Traga. Malheureusement, nous n’avions pas assez de vêtements pour tout le monde. Il s’agissait d’aider les écoliers et tous les enfants du village étaient finalement présents. Donc lorsqu’un petit garçon est venu nous demander un pantalon, nous étions désolés de ne plus pouvoir aider. » Il admet que l’erreur a été de ne pas prévoir une quantité supérieure. De cela, une leçon est tirée.
Alors pour la suite, c’est un surplus de cinquante « équipements » qui est emporté à chaque fois. Une autre anecdote a marqué l’équipe. « Une fillette est venue nous voir en nous demandant de mettre en place des colonies de vacances. On a senti le besoin de découvrir le monde et d’aller voir ce qu’il se passe au-delà du village. » Lumières du Maroc tente donc de négocier des quotas de participations réservées aux enfants issus des zones rurales. Puisse ces lumières continuer d’éclairer très longtemps !
About these ads

4 réflexions sur “Les Lumières du Maroc

  1. Ping : LDM sur le BLOG Au coeur | Association Lumières Du Maroc, Association pour Etudiants Marocains En France et Au Maroc, Paris, Lille, Casablanca, Suisse, Belgique

  2. «[..] Il faut aider les autres à ne plus avoir besoin d’aide justement. [..] »
    éh oui :-) ! le fameux "cercle vertueux" :-) !…
    ça me fait à la fois plaisir et à la fois bouillir de lire ça, parce-que ça me rappelle que ça n’est pas une absolue évidence pour tout le monde (les gens qui ressentent et pensent ça passent même pour de gros chelous dont il faut se méfier parce-qu'"il y a forcément un piège !…", "le gars est malade !…") alors que bon sang ! mais c’est flagrant qu’on est tous liés les uns aux autres (et au reste du vivant aussi d’ailleurs !) et que si on ne s’entraide pas, on gâche tout et on se condamne.

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s