Edito du 21/12/2015 – En 2016, les enfants ne naîtront toujours pas sous la même étoile

Les enfants sur alencredemaplume.com

Quand arrive la fin de l’année, il est coutume de faire des bilans. Plutôt bon, plutôt mauvais. L’UNICEF a tout juste sorti son rapport sur les enfants vivant dans les zones en difficulté. Triste réalité : en 2015, 16,6 millions de naissances ont eu lieu dans des zones de conflits. Un chiffre qui représente une naissance sur huit ! Quelle réalité difficile : « Toutes les deux secondes, un nouveau-né pousse son premier cri en plein conflit, souvent dans des circonstances terrifiantes et sans accès aux soins », dit Anthony Lake, directeur général du Fonds des Nations Unies pour l’enfance.

Départ difficile dans la vie pour ces enfants 
Pauvreté, maladie, malnutrition, catastrophe naturelle, guerre… Ces enfants ont démarré leur existence dans les pires conditions en 2015. Une situation qui a des impacts sur leur espérance de vie. Certains n’ont pas passé ou ne passeront pas l’âge des cinq ans. D’ailleurs, le petit Aylan est l’un d’eux. Réfugié kurde retrouvé mort noyé sur une plage de Bodrum en Turquie. Il y a aussi ces mères de familles enceintes et fuyant des zones à risque. Elles se retrouvent souvent à accoucher sans assistance. D’ailleurs, les viols sont très courants dans des pays en guerre. Des cas montrent que des bébés sont abandonnés. Ces enfants n’étant pas désirés. 

En 2015, d’EBOLA aux guerres et des enfants touchés
Que retiendra-t-on de 2015 en tentant de lister les zones de conflits ? En Afrique, on se rappellera d’EBOLA. Les enfants en ayant aussi été victimes. Dans des parties du monde, des populations sont considérées comme apatrides. Citons les Rohingyas en Birmanie ou encore les Bajau Laut vivant entre  l’Indonésie, la Malaisie et les Philippines. Quand les enfants ne sont pas victimes d’exactions, ils ne peuvent pas se rendre à l’école. L’Afrique connaît aussi bon nombre de conflits ethniques. Evidemment, la Syrie et l’Irak sont aussi des pays préoccupants. Si on se dirige vers la Bande de Gaza, sous blocus, des enfants de moins de cinq ans sont orphelins ou traumatisés notamment par l’opération militaire de 2014 de la part de l’état israélien. La liste est encore longue.

En 2016, les enfants ne naîtront toujours pas sous la même étoile
Que se passera-t-il en 2016 ? Quels sont les nouveaux conflits que l’humanité doit s’attendre à voir naître, à voir s’amplifier, à voir s’arrêter ? Les morts, les blessés au sein de la population ne sont que de « simples dommages collatéraux » pour ceux qui mènent les hostilités. Et la violence que connaissent les enfants est comme une normalité au regard de ces marchés bombardés notamment en Syrie et de ces enfants fuyant les décombres. Comme si ces enfants avaient à subir ces bombes. D’ailleurs personne n’a à les vivre. Par ailleurs, il faut savoir que 47% des personnes qui vivent dans la pauvreté sont des enfants. 

Le combat sera toujours le même, aussi bien pour l’UNICEF que toutes les organisations ayant de près ou de loin pour cheval de bataille l’aide et l’accompagnement des enfants. Il leur faudra réduire les inégalités entre tous les enfants pour faire en sorte qu’ils soient égaux. Egaux devant la santé, l’école, la sécurité. Les enfants sont l’avenir de l’humanité, alors pensons à soutenir ces structures qui agissent pour eux.   

Publicités

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s