Maroc : l’association Almouallakat et les médicaments « suspendus »

Saviez-vous qu’à l’époque de l’Empire Ottoman, les clients des cafés avaient l’habitude de payer une consommation ou plus à d’éventuelles personnes dans le besoin ? Ces cafés restaient alors « suspendus ». Ce concept a un nom « Almouallakat ». En France, cela a notamment été repris – peut-être sans connaître ses origines – pour ces mêmes « cafés suspendus ». Au Maroc une association se nommant justement Almouallakat a mis en application cette solidarité pour offrir des médicaments aux personnes dans le besoin.

Relancer la synergie humanitaire

« Almouallakat est une jeune initiative, sociale, volontaire, altruiste et non-lucrative, visant à servir l’intérêt général et les nécessiteux, en cultivant une culture de solidarité sociale et en relançant les principes de la synergie humanitaire qui sont de plus en plus rares dans notre communauté » , explique Hamza Bouhlal, membre de l’organisation. La création d’un espace simple et fiable pour promouvoir la culture d’Almouallakat dans la société est alors importante. Une culture qui se base sur une action : penser à l’autre quand il est dans le besoin. Concrètement il s’agit d’acheter un bien, que ce soit un produit alimentaire, un médicament, un vêtement… et de le laisser « suspendu » chez le commerçant. Un bénéficiaire dans le besoin pourra alors en profiter. « Avec dignité et sans gêne » , dit Hamza.

Le déploiement au Maroc

Le projet est présent aujourd’hui sur Tétouan, Errachidia, Casablanca. Prochainement, ce sera la ville de Kénitra qui sera concernée. « Dans chacune des villes marocaines où le projet existe, il y a une équipe d’au moins 10 personnes travaillant avec une association sur place qui adopte le projet sous son axe social. Sans ce schéma, le projet souffrirait de plusieurs obstacles avec les autorités et on ne pourrait rien faire sur le terrain » . Concernant Tétouan, c’est avec l’association Tetmouda pour la culture et les affaires sociales que Almouallakat collabore, ayant ainsi un cadre administratif et juridique tout comme un soutien humain et logistique. D’ailleurs sur place, l’équipe dépasse 18 personnes autour de trois comités et un quatrième a nouvellement été créé.

Des comités d’organisation

Le comité média et communication est en charge des échanges avec les membres, les bénéficiaires, les parties prenantes, ainsi qu’avec les médias. Le second concerne la logistique afin de mener les déplacements, les tournées, les visites des familles, la préparation des listes de médicaments et la gestion des médicaments « suspendus ». « Quant au comité marketing, il travaille sans cesse sur la stratégie de commercialisation, l’assimilation du projet et l’encouragement des gens à participer. Ce projet repose essentiellement sur la contribution des personnes. Sans leur charité rien ne serait possible. La médiatisation est essentielle » . C’est le pôle ressources humaines qui a vu le jour dernièrement. Son but est d’augmenter l’effectif des membres et de gérer les différentes responsabilités. « L’ensemble est chapeauté par un comité de coordination pour s’assurer du bon fonctionnement. Il comprend un coordinateur national, des coordinateurs locaux ainsi que les présidents des associations partenaires du projet dans chaque ville également » .

Travailler main dans la main avec les pharmacies

Dans plus de 95% des cas, les pharmaciens sollicités acceptent de participer à l’initiative impulsée par Almouallakat et viennent même l’encourager. « Les pharmacies partenaires contribuent bel et bien à promouvoir l’initiative en créant même des outils qui la rendent plus visible et plus connue » . Habituellement, l’association s’occupe de coller son logo accompagné d’un texte sur les portes des officines adhérant au projet. Mais à Tétouan une pharmacie a fait bien plus. « En plus du logo, la pharmacienne a acheté une boîte. Elle y a apposé le logo et a mis la boîte en évidence, face à la porte d’entrée. Elle a placé la liste des médicaments nécessaires » . Une belle surprise pour les membres de l’association, réellement touchés. Et c’est justement cette pharmacie qui collecte mensuellement le plus de médicaments sur Tétouan. « Au départ, afin de convaincre les pharmacies, nous comptions leur prouver qu’elles parviendraient à augmenter leurs recettes. Cependant nous avons simplement pris conscience qu’avant d’être des propriétaires de locaux commerciaux, ils étaient des humains partageant avec nous ce même souci des personnes dans le besoin. Ce sont des professionnels de la santé côtoyant la maladie au quotidien. Et certains pharmaciens réalisent des actions de leur propre initiative » .

Facebook, Instagram, les médias pour aider

Dans sa communication, Almouallakat compte énormément sur le digital pour se faire connaître. « Avec l’ère numérique et la digitalisation, les manières de communiquer ont changé. Alors nous nous en servons comme premier moyen de diffusion » , dit Hamza . Ainsi, une page Facebook a été créée, dépassant les 5000 fans. Toutes les actualités y sont partagées ainsi que la liste des médicaments « suspendus » et ceux distribués aux familles bénéficiaires. « Grâce à notre participation à un projet dans un carrefour des étudiants et citoyens en Guinée, nous avons une nouvelle stratégie sur Facebook. Nous ajoutons les traductions française, anglaise et même espagnole parfois. Le but est de toucher un maximum de personnes, au-delà des frontières » . Un compte Instagram a lui aussi été créé. Des médias ont également présenté Almouallakat : Aljazeera Mag, 2M, Huffington Post, Moustacho, Hespress… « Ce qui est plus encourageant c’est que ce sont les médias qui nous sollicitent et non l’inverse » .

Loin de recevoir quelconque aide ou soutien étatique, structure complètement indépendante, Almouallakat veut être un acteur sur le plan social. « La solution d’Almouallakat est elle-même une petite solution aux problèmes dont souffre le régime médical au Maroc. Plutôt que de nous lamenter, nous préférons trouver des solutions nouvelles. Cela montre que les Marocains ont à coeur de vouloir avancer », conclut Hamza.

——

N’hésitez pas à contacter l’organisation Almouallakat directement sur sa page Facebook pour avoir plus d’informations et pour contribuer à votre tour à cette initiative citoyenne. Voici pour finir une vidéo présentant Almouallakat :

Publicités

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s