L’association Nour Rayan dans les campagnes marocaines

Le décès du petit Rayan, tombé dans un puits dans la région de Chefchaouen au Maroc, avait ému de par le monde. Cet accident mis en lumière – qui malheureusement est déjà arrivé dans bien des villes marocaines – a montré cette problématique de l’accès à l’eau dans des endroits reculés du royaume. Et ce drame a nourri chez Mina Yaqoub le besoin de venir en aide aux personnes les plus démunies du pays. Ainsi est née l’association Nour Rayan au début de l’année 2022.

Le décès de Rayan comme un tremblement de terre

« J’ai toujours eu en moi cette envie de monter une structure associative pour aider les familles et les enfants les plus modestes au Maroc. Le décès tragique du petit Rayan a été comme un tremblement de terre et m’a poussée à ne plus attendre » , explique Mina. Agir comme elle le peut, c’est l’objectif fixé, ayant elle-même des parents issus d’un milieu très pauvre au Maroc. « J’ai eu la chance de naître en France mais cela ne me fait pas oublier mes racines. Je me souviens de ces étés au cours desquels je me rendais dans la région de Zagora, dans le village natal de ma mère. Là-bas, il y avait peu de moyens, pas d’eau courante. Cela n’a pas empêché la population d’être toujours hospitalière, généreuse et gentille » . Le besoin de rendre la pareille était alors naturel.

Une association à ses prémices

Nour Rayan n’en est qu’à ses débuts et Mina ainsi que son époux en sont les deux principaux membres. Déjà une première mission a été menée au mois de mars dernier. « Avec Assiya, qui est également une amie en plus d’être une bénévole, nous avons été jusqu’au village de Aït Abbas dans la province d’Azilal » , explique Mina. « Grâce à des dons qui nous ont été remis en France avant notre départ, des colis alimentaires ont pu être donnés à douze familles nécessiteuses à l’approche du Ramadan  » , explique Mina.

« Sur place, nous avons également recensé le nombre d’enfants ainsi que leurs besoins afin de préparer une prochaine opération. Ils sont une trentaine âgés de 2 à 15 ans ». Grâce à ce recensement, Nour Rayan compte apporter une tenue complète d’hiver à chacun, assurant l’acheminement au mois d’octobre prochain pour la distribution.

Une cagnotte pour les enfants

Afin d’acheter les trente tenues, une cagnotte a été ouverte. « Nous espérons récolter 3 500 € avant le début de l’automne » , précise Mina. Elle ne compte cependant pas s’arrêter là puisque la même opération sera mise en place dans un autre village pour l’année 2023. « Nous aurons là encore un premier voyage en début d’année afin de recenser le nombre de bénéficiaires puis un deuxième voyage à la Toussaint pour réaliser la distribution » . En montagne, dans les villages, les températures en hiver sont très froides d’où l’intérêt de vouloir distribuer des vêtements chauds. « Afin de nous aider à atteindre notre objectif, chacun peut faire un don sur la cagnotte CotizUp que nous avons lancée. Il est important de la partager, d’en parler autour de soi également. Chaque geste compte !  » . Mina croit en la générosité et la solidarité pour atteindre les 3 500 €. Ce mardi 24 mai, 410 € s’affiche au compteur.

Voici le lien de la cagnotte CotizUp : https://www.cotizup.com/association-nour-rayan

Vous pouvez retrouver l’association Nour Rayan sur Instagram sous le nom @asso.nourrayan 

Une réaction ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s